Creepshow – Pipe Screams / Dans les murs de la folie – Critique

Creepshow – Pipe Screams / Dans les murs de la folie – Critique

SPOILERS AHEAD – S’IL VOUS PLAÎT NE LISEZ PAS SAUF SI VOUS AVEZ REGARDÉ SPECTACLE D’HORREUR 02.04! Oui, vous avez été prévenu!


Cris de pipe:

La légende de l’horreur Barbara Cramption (Ré-animateur) la fait enfin Spectacle d’horreur débuts en tant que Victoria, un propriétaire moralement trompeur, montrant un plombier, Linus (Eric Edelstein, Green Room, Twin Peaks: le retour), autour de son immeuble. Il semble y avoir une croissance mystérieuse dans les tuyaux. Linus mentionne des lois et des règlements et Victoria menace littéralement de ruiner sa réputation en ligne s’il ne se conforme pas. Nous pouvons déjà dire que cela ne se terminera pas bien. Et voilà, Linus découvre que la croissance des cornemuseurs est bien pire qu’il n’y paraît. Le monstre n’a pas de nom en soi, nous ne pouvons donc l’appeler qu’un monstre de sabot.

La conception de la créature est étonnamment mémorable et efficace dans sa simplicité. Quiconque a déjà retiré un sabot de cheveux d’un drain ou d’un tuyau sera en mesure de comprendre sa méchanceté. Un chaos efficacement dirigé s’ensuit, Linus étant presque dévoré vivant par ce démon prédateur, mais survivant miraculeusement à temps pour donner à Victoria (et ses chaussures irritantes) son apparence bien méritée.

Joe Lynch revient pour diriger ce segment, ce qui est un peu décevant après nous avoir impressionnés avec « The Right Snuff » la semaine dernière. Il lui donne une sensation amusante et rebondissante. Cependant, la simplicité de l’histoire écrite par Daniel Kraus (Boule de cire) ressemble à du vintage Spectacle d’horreur. Nous obtenons un méchant unidimensionnel, un monstre amusant et bien conçu, un héros de tous les hommes et un point culminant les impliquant tous et une fin quelque peu satisfaisante. Il mérite une pause après une réalisation aussi épique la semaine dernière. De plus, Barbara Crampton est vraiment amusante à regarder une comédie méchante. Je ne peux pas me plaindre.

Dans les murs de la folie:

Voici où commence ma plainte. Ici, nous obtenons une histoire qui aurait dû être épique comme « The Right Stuff », mais qui tombe à plat. Nous commençons à voir un détenu nommé Zeller (Loge 49‘s Drew Matthews) interviewé par un avocat potentiel. Qui est-il? Quel crime a-t-il commis? Denise Crosby de Star Trek: la nouvelle génération et l’original Semetery pour animaux de compagnie la renommée joue un scientifique sur une base militaire arctique semblable au remake classique de John Carpenter de La chose. Il y a un meurtre, un changement de lieu et une tournure lovecraftienne, mais pas ce que vous penseriez au départ.

Spectacle d’horreur John Harrison revient pour diriger son premier segment écrit par John Esposito (il a écrit « Model Kid » de cette saison et « Night of the Paw » de la saison dernière) de la 2ème saison avec celui-ci. Il a réalisé certaines de mes histoires préférées la saison dernière – comme « House of the Head » et a reçu de loin son plus gros budget pour un segment à ce jour. Bien que j’admire les valeurs de production et les effets spéciaux ici, j’ai été surpris que l’histoire soit finalement tombée à plat pour moi. Peut-être que s’ils avaient pu étendre cette histoire à la longueur d’un long métrage, cela ne se serait pas senti aussi précipité et tronqué. J’ai apprécié les rebondissements, mais ils sont venus trop vite et au détriment du développement du personnage.

En fin de compte, cela ressemblait trop à un hommage plutôt qu’à son propre … euh … chose et n’a pas ajouté grand chose que nous, les téléspectateurs d’horreur, n’avons pas déjà vu auparavant dans de meilleurs films (ce qui a été ma principale plainte de M. Les scripts précédents d’Esposito également). Compte tenu des rebondissements ambitieux, cela aurait pu être moins conventionnel et prendre des risques créatifs plus satisfaisants.

Source