Critique de Roush : « Dopesick » vous rendra malade – avec colère

Critique de Roush : « Dopesick » vous rendra malade – avec colère

Vérifiez votre tension artérielle pendant que vous regardez Malade, un docu-fiction puissant et parfois menaçant en huit parties sur la crise des opioïdes de la dépendance et de la mort – alimenté par l’introduction au milieu des années 1990 d’OxyContin. La série explore l’impact dévastateur de la drogue du point de vue personnel, juridique et corporatif, car l’OxyContin est agressivement et faussement commercialisé comme non addictif par Purdue Pharma à la demande de ses riches propriétaires, les Sackler.

Lancement avec trois épisodes (créé et écrit par Danny Strong et réalisé par Homme de pluiede Barry Levinson entre autres), Malade n’est pas une émission facile à regarder – et pas seulement à cause des émotions viscérales qu’elle évoque. Chaque épisode rebondit dans le temps, parfois de manière vertigineuse, pour représenter la promesse initiale du médicament « miracle », ciblant d’abord les communautés rurales de la classe ouvrière où la douleur vient avec le territoire, et se projetant dans l’enquête et la poursuite de ceux-ci. qui a colporté le médicament avec de fausses allégations scientifiques.

Le casting livre, en particulier Michael Keaton en tant que médecin de la ville minière de Virginie, Samuel Finnix, qui est sceptique mais avale le Kool-Aid (et éventuellement plus) lorsqu’un représentant commercial Purdue (Will Poulter) lui assure que seulement 1% des utilisateurs sont susceptibles de devenir accro. Finnix finira par être désabusé de ce pitch corrompu, mais pas avant d’avoir touché le fond, avec une patiente, Betsy (la déchirante Kaitlyn Dever), une mineure dont la blessure au dos la met dans une spirale descendante. (Elle est en outre ostracisée en tant que progéniture gay d’une famille strictement religieuse – la grande Mare Winningham et Ray McKinnon jouent ses parents – dans une intrigue secondaire qui ressemble plus à un larmoyant à vie haut de gamme.)

Rosario Dawson est un agent de la DEA coriace qui, comme ses homologues obstinés du ministère de la Justice (Peter Sarsgaard et John Hoogenakker en tant qu’avocats américains de Virginie occidentale), continue de se heurter à des murs de résistance à l’intérieur et à l’extérieur de leurs départements. Leur adversaire, la famille Sackler, connaît bien les voies du contournement juridique – si vous avez suivi les gros titres, vous savez que cela n’aura pas une fin heureuse – et ce sera un défi de taille pour les relier à un tel pratiques de commercialisation comme menaçant les pharmaciens et les médecins qui préfèrent ne pas porter le médicament. (Philippa Soo, une célèbre actrice de théâtre de Hamilton célébrité, pourrait bien être la méchante télé de l’année en tant que représentant pharmaceutique particulièrement de sang-froid.)

En tant que Richard Sackler, le rejeton pugnace qui pousse OxyContin à tout prix à revendiquer son héritage au sein de la famille, Michael Stuhlbarg se présente comme un Napoléon d’entreprise avec des illusions de grandeur, salivant à la perspective d’une domination mondiale si seulement ils peuvent percer le marché allemand. (Ce qui est beaucoup plus strict sur l’étiquetage des médicaments que la propre FDA américaine compromise, dont «l’expert» a rejoint la société Purdue après avoir causé ses dommages non réglementaires.)

Page de gène/Hulu

Au moment où Purdue invente de nouvelles conditions (« douleur révolutionnaire ») pour justifier la prescription de sa pilule empoisonnée et contrecarre les critiques avec la fausse théorie de la « pseudo-dépendance », arguant que les symptômes de la dépendance sont en fait des signes de douleur non traitée – appelant même à plus haut doses de médicaments – vous pouvez commencer à vous sentir assez malade vous-même.

Malade démontre que la connaissance et la vérité sont le meilleur remède, même lorsque la justice s’avère insaisissable.

Malade, Première en série limitée, mercredi 13 octobre, Hulu

Source