Kipo and the Age of Wonderbeasts – Entretien avec le compositeur Daniel Rojas

Kipo and the Age of Wonderbeasts – Entretien avec le compositeur Daniel Rojas

La troisième et dernière saison de Netflix Kipo et l’ère des Wonderbeasts est maintenant en streaming, avec de nombreux fans et critiques tristes de voir la série animée se terminer. L’émission, dirigée par Radford Sechrist et Bill Wolkoff, a non seulement raconté l’histoire loufoque de la survie d’une fille légère nommée Kipo, mais a également enseigné de nombreuses leçons de vie en cours de route. Des leçons accompagnées d’une partition amusante et éclectique du compositeur Daniel Rojas. Pour approfondir le son de l’émission, nous avons discuté avec Rojas de tout, du travail avec Radford à son épisode préféré. Il répond à dix questions ci-dessous. Vous pouvez ensuite entendre les compositions de Rojas sur la série animée en stop-motion de Hulu MODOK pour Marvel au début de l’année prochaine.

Comment est le score de la saison 3 pour Kipo et l’ère des Wonderbeasts différent des 2 saisons précédentes?

Je dirais que l’histoire ne cesse de prendre de l’ampleur. À la saison 3, nous connaissons déjà la trame de fond de Kipo. Donc, dès le début, les enjeux sont beaucoup plus élevés. La façon dont le spectacle est construit, chaque saison est essentiellement un acte. Nous arrivons à l’acte 3 cette saison. Cette saison l’action est plus intense. En général, musicalement, c’est une saison plus longue, donc il y a plus d’éléments orchestraux avec de gros succès et des percussions pour que cela ressemble à l’acte final.

La saison 3 de Kipo est la dernière saison. Saviez-vous qu’il n’y aurait que 3 saisons depuis le début? Si oui, avez-vous le score pour cette période?

Oui, nous l’avons toujours su. Il a toujours été prévu de faire 30 épisodes. J’étais conscient de tout l’arc de l’histoire depuis le début. Par exemple, avec Scarlemange, nous avons taquiné son motif depuis la première fois qu’il a été mentionné dans l’épisode 2. Ensuite, il a continué à être taquiné dans les épisodes 3, 4 et 5 jusqu’à ce que nous le rencontrions enfin dans l’épisode 6. Puis ce même motif est porté tout le temps. jusqu’à la fin du spectacle, jusqu’à ce qu’il devienne la scène d’Hugo. Donc, si vous regardez la scène finale de l’épisode 30, vous verrez le même motif de l’épisode 2. Nous l’avons également fait avec le motif du Dr Emilia, il a été taquiné dès la première fois qu’ils parlent d’elle jusqu’au Mega Walrus. Mega Walrus utilise au début le même motif que celui utilisé pour le Dr Emilia à partir de la saison 2.

Il vient d’être annoncé que Back Lot Music sortira un score de la saison 3. Si vous ne pouviez choisir que 2 morceaux de l’album pour dire aux gens d’écouter, lesquels seraient-ils?

Je dirais que les chansons sont toujours amusantes et que les gens ont tendance à les écouter davantage, mais si je pouvais choisir deux partitions pour cette saison, ce serait «Treetop Butterflies» et «Catch Me». Piste 7 et piste 13.

Vous avez non seulement composé la partition de Kipo, mais vous avez également écrit beaucoup de chansons lyriques. Est-ce que l’écriture des chansons lyriques est devenue assez naturelle pour vous, parce que vous étiez déjà tellement lié à l’histoire?

Pour sûr. J’ai écrit des chansons pendant la plus grande partie de ma carrière. Donc, c’est quelque chose sur lequel j’ai travaillé pendant un moment. C’était le premier projet qui me permettait d’écrire des chansons originales qui seraient jouées à l’écran. J’ai eu le plaisir de travailler avec une équipe fantastique de scénaristes qui ont proposé toutes les idées originales pour les paroles. Donc, je dois vraiment rendre hommage à l’équipe de rédaction pour avoir proposé beaucoup d’idées pour les chansons.

Dans quelle mesure le créateur de l’émission, Radford Sechrist, était-il impliqué dans la musique de l’émission? Viendrait-il aux sessions de repérage?

Il a été entièrement impliqué du tout début à la toute fin. Il était à chaque séance d’observation et passait en revue tout. Rad était la personne-ressource. Il était le plus impliqué de tous les créatifs.

Avec 3 saisons de Kipo et l’ère des Wonderbeasts sous votre ceinture, avez-vous un épisode préféré? Pourquoi?

C’est difficile, mais si je devais choisir, il faudrait que ce soit l’épisode 6 de la saison 1 pour de nombreuses raisons. Il présente Scarlemagne comme le premier méchant, qui avait été taquiné sur tous les épisodes précédents. Il y avait Ratland, qui était juste un endroit très magique et enchanteur. Il présente également les Scooter Skunks et a un moment très spécial entre Kipo et Benson.

Quels ont été les aspects positifs (le cas échéant) de la situation du COVID 19 pour vous?

COVID 19 a été très difficile pour notre industrie. Dans l’ensemble, cela a été plus difficile que positif. S’il y avait un positif, il faudrait qu’il y ait beaucoup moins de distractions socialement. Donc, il y a beaucoup plus de temps pour travailler sur votre propre métier. Cela peut vous permettre de vous immerger vraiment de manière créative sans distractions.

Depuis vos débuts, quels sont selon vous les plus grands changements que l’industrie cinématographique et télévisuelle a connu de votre point de vue en tant que compositeur?

Le plus important maintenant, c’est qu’il y a beaucoup plus de contenu créé. Il y a beaucoup plus de compositeurs qui travaillent, donc les budgets ont considérablement diminué. Quand j’ai commencé, il n’y avait qu’une poignée de compositeurs qui obtenaient tout le travail et les budgets étaient immenses, donc chaque compositeur avait des équipes géantes. Mais maintenant, la plupart des compositeurs que je connais travaillent seuls ou avec de petites équipes. Les budgets ne permettent plus d’avoir des équipes aussi importantes, mais plus de compositeurs travaillent – ce qui est génial!

Quelles sont les parties les plus stimulantes et les plus gratifiantes de votre travail?

La partie la plus difficile est de tout livrer à temps car les calendriers de production peuvent être très serrés et il n’y a pas beaucoup d’espace pour déplacer quoi que ce soit. C’est un défi parce que la créativité n’est pas quelque chose que vous pouvez simplement activer et désactiver, mais les horaires ne changent pas et vous devez simplement vous forcer à le faire. Cela peut parfois signifier des nuits blanches juste pour faire bouger quelque chose.

La partie la plus gratifiante est de faire ce que j’aime, c’est-à-dire écrire et jouer de la musique tous les jours de ma vie. De plus, chaque fois qu’un projet est enfin publié, c’est extrêmement gratifiant car c’est un secret depuis si longtemps. Donc, quand il sort et que vous pouvez montrer aux gens sur quoi vous avez travaillé, c’est très gratifiant.

Il a été récemment annoncé que vous allez marquer la série animée en stop-motion de Hulu MODOK pour Marvel. Félicitations!

Merci beaucoup. Je suis très excité que ce spectacle sorte. Patton Oswalt et Jordan Blum ont fait un travail fantastique en créant ce personnage.

Source