Les garçons – Rien de tel dans le monde – Critique

Les garçons – Rien de tel dans le monde – Critique

Les garçons «Rien de semblable dans le monde» a été écrit par Michael Saltzman et réalisé par Frederick EO Toye. Saltzman rejoint la salle des écrivains avec un fond d’humour – Ailes, Le milieu – commentaire politique – Murphy Brown (l’original) – et le drame JOURNÉE, Sournois Pete. Le «Ça» dans le titre de cette semaine est l’amour – et comme Shakespeare le souligne, le cours du véritable amour ne s’est jamais déroulé sans heurts. Cela se déroule dans quatre scénarios qui ont tous de l’amour ou une certaine forme de celui-ci qui les traverse.

L’épisode commence par l’une de ces vraies interviews de type confession avec une femme sur l’amour de sa vie. Ceux-ci sont parsemés tout au long de l’épisode, et j’admets que je n’ai vraiment pas vu à quoi ils servaient jusqu’à la toute fin. Bien sûr, nous ne sommes pas censés être en mesure de les contextualiser, et cela imite diaboliquement la propre confusion de Deep (Chace Crawford). L’Église du Collectif a décidé qu’il était temps pour lui de se marier – et ils choisissent la fille pour lui. Et est-ce une surprise qu’ils choisissent celui qui semble le plus fou plutôt que celui qui intéresse le Deep? The Deep est au-dessus de sa tête (jeu de mots!)…

Frenchie (Tomer Capon) est clairement amoureux de Kimiko (Karen Fukuhara), et son timing ne pourrait pas être pire. Kimiko est rongée par le chagrin d’avoir perdu son frère et la rage de vouloir se venger contre Stormfront (Aya Cash). Frenchie gère très mal ses émotions – devenir aussi haut qu’un cerf-volant puis embrasser Komiko – qui n’est PAS réceptif. Il aggrave toutes ses erreurs en se retrouvant dans le lit de Cherie (Jordana Lajoie). Parce que c’est ce que toutes les filles veulent: un mec qui t’aime tellement qu’il va baiser une autre femme….

Pendant ce temps, nous avons une vue rapprochée et inconfortable de la façon dont Homelander (Anthony Starr) est pervers. Pourtant, même ici, la série fait un travail incroyable pour nous montrer pourquoi Homelander est comme ça – ce que le fait de grandir sans véritable amour ou la vraie discipline aimante des parents lui a fait. C’est le débat classique nature / culture. Tous les supes sont-ils intrinsèquement mauvais?

C’était agréable de revoir Elisabeth Shue sous le nom de Madelyn Stillwell – en quelque sorte. Bien sûr, Homelander force Doppleganger (Dan Darin-Zanco) à prendre sa forme – Stillwell est vraiment mort. Mais nous revenons sur les problèmes de maman de Homelander. Et puis dans une scène vraiment intéressante, Doppleganger assume le visage de Homelander – et c’était une scène vraiment brillante de Starr, qui, bien sûr, joue les deux rôles. Le propre dégoût de Homelander prend le dessus – il n’est pas tout à fait l’ego absolu que nous avons supposé. Il ne profitera pas du plaisir de lui-même car au fond, il se déteste suffisamment pour se suicider – ou du moins lorsqu’il est confronté aux aspects les moins savoureux de son personnage. Peut-être que c’est aussi un désir profond de faire mieux?

Une partie de la raison pour laquelle Homelander finit par tuer sa «vie de famille» inventée doit être attribuée à son apparente incapacité croissante à contrôler les femmes actuellement dans sa vie. Il tue presque Annie (Erin Moriarty), mais semble raisonnablement satisfait de simplement affirmer sa domination. Une confrontation avec Stormfront l’a également rassuré sur le fait qu’elle est prête à le laisser diriger – mais l’est-elle?

Pendant ce temps, Mother’s Milk (Laz Alonso), Hughie (Jack Quaid) et Annie font un road trip pour retrouver une piste sur le mystérieux Liberty. Les choses commencent à se dégeler entre Hughie et Annie à cause de leur amour partagé pour Billy Joel – au grand dégoût de MM. Naturellement, ces deux-là ne peuvent pas vraiment être séparés et ils finissent par passer une nuit de passion ensemble. Il est assez clair que Hughie et Butcher (Karl Urban) vont finir par partager une haine du traitement de Homelander envers les femmes qu’ils aiment.

Une de mes scènes préférées dans l’épisode est entre MM et Annie dans le dîner alors qu’ils se lient autour de beignets. En fait, nous obtenons un peu de contexte sur MM dans cet épisode. Certes, nous apprenons qu’il a un TOC assez intense – mais nous apprenons aussi pourquoi. Je pense qu’Annie va finir par être aimée par toute l’équipe alors que Butcher ne regarde pas…

L’émission touche une fois de plus à l’air du temps – Black Lives Matter – lorsque le trio se présente à la porte de Valerie (Dawnn Lewis) pour poser des questions sur Liberty. Avec Hughie à la porte, Valérie a peur – qui est ce type blanc et comment va-t-il me faire du mal? Est-il de Vaught et en colère qu’elle ait violé son NDA? Lorsque MM fait un pas en avant, elle est capable de se détendre alors qu’il brise la tension, lui assurant qu’elle n’a pas de problèmes et qu’ils ne sont certainement pas de Vaught. L’histoire que raconte Valérie, cependant, aurait pu être arrachée des manchettes aujourd’hui. Gardez à l’esprit que la série a été tournée il y a presque un an et que le scénario aurait été écrit il y a encore plus longtemps. Je respecte vraiment le spectacle pour avoir voulu faire la lumière sur cette question – avant qu’elle ne soit déjà éclairée. Cela aide à renforcer ce qui se passe réellement.

Valerie (Nana Damptey) a été forcée de regarder son frère Myron (Howard Campbell), qui n’avait rien fait de mal, être traîné hors de sa voiture et brutalement assassiné par Liberty. Les réactions de Hughie et Annie reflètent vraiment les réactions de millions de personnes aux meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et tant d’autres. MM, Hughie et Annie découvrent que Liberty n’est autre que Stormfront. Ce qui est vraiment curieux, c’est à quoi ressemble le jeune Stormfront alors que l’incident s’est produit il y a assez longtemps. C’est un début cependant. Valérie leur dit également qu’elle a été menacée et forcée de signer une NDA – et elle s’en tient depuis lors avec peur. Le road trip se termine également avec Annie disant à Hughie qu’il n’y a pas d’avenir pour eux.

Dans l’histoire finale du véritable amour, Butcher trouve et fait irruption dans l’enceinte de Becca (Shantel VanSanten). Les deux se rencontrent dans un tunnel (d’amour?) Et partagent une nuit de passion. Butcher dit à Becca qu’il est prêt à prendre Ryan, mais à la fin, il montre ses propres préjugés raciaux quand il traite son fils de supe-freak. Becca fait le choix douloureux de rester et d’élever son fils aussi normalement qu’elle le peut, sacrifiant son propre bonheur pour le sien. Butcher n’est clairement pas content – cela le rendra-t-il encore plus préjugé contre tous les Supes?

Enfin, en faisant de son mieux pour réhabiliter l’image des Sept, Homelander tente de montrer à quel point l’équipe est diversifiée – un autre pré-écho du zeitgeist actuel. Il vient de licencier A-Train (Jessie T Usher) – en le mettant en congé de maladie – mais l’utilise comme un exemple de diversité. Homelander devance ensuite la reine Maeve (Dominique McElligott) lors d’une interview télévisée nationale! Il ne lui suffit pas de détruire sa propre vie amoureuse, il doit aussi détruire celle de Maeve. Bien sûr, maintenant elle pourrait être libre d’aimer qui elle veut, mais nous savons tous à la fin de la journée que Homelander ne le supportera pas non plus….

Il semble certainement que tout le monde n’a pas de chance en amour dans cet épisode. C’était un autre épisode fantastique avec des effets spéciaux et une écriture formidables – et un jeu de rôle SUPEr! Beaucoup de balles en l’air. Black Noir (Nathan Mitchell) a vu Butcher quitter l’enceinte, alors que va-t-il faire à ce sujet. Carol (Jessica Hecht) a trouvé une épouse pour The Deep – mais quel est exactement son plan de match ici? Et comment (et pourquoi) Liberty est-il devenu Stormfront? Qu’as-tu pensé de l’épisode? Faites-moi savoir vos pensées dans les commentaires ci-dessous!

Source