Only Murders in the Building – The Sting – Critique : Appelez la police

Only Murders in the Building – The Sting – Critique : Appelez la police

Avec l’aide de quelques stars invitées spéciales, les Arconia Sleuths font des progrès sur l’affaire Tim Kono – et l’un d’entre eux fait également un développement dans le domaine romantique. Lisez la suite pour ma re(view/cap) de « The Sting »:

Après qu’une note menaçante a été laissée sur la porte d’Oliver et que son chien est empoisonné (ne vous inquiétez pas ! elle va bien !), Oliver en déduit que le tueur pourrait très bien être le musicien Sting, lauréat d’un Grammy Award, qui vit dans l’Arconia, n’a pas d’alibi. pour les meurtres, semble ne pas aimer Winnie et, comme le trio le découvre, a récemment licencié Tim Kono pour mauvaise gestion de ses finances.

Pour découvrir comment enquêter sur leur célèbre voisin, Charles tire quelques ficelles pour organiser une réunion avec l’animatrice de « Tout n’est pas OK en Oklahoma » Cinda Canning (Tina Fey), qui recommande aux détectives amateurs émerveillés qu’ils « embrassent le désordre » et leur raconte une anecdote sur le fait d’apporter à un suspect une dinde entièrement cuite pour les inciter à obtenir des informations.

Incapables de trouver une meilleure idée, les voisins empruntent celui de Cinda et se dirigent vers l’appartement de Sting, la volaille en remorque. À leur grand choc, Sting accepte non seulement le cadeau, mais avoue rapidement qu’il est, en fait, responsable de la mort de Tim Kono. Cependant, avant que quiconque ne coupe les effets sonores de la sirène de police, nous découvrons que Sting ne fait que pense il est coupable ; il admet que lorsque Tim a perdu son argent, il lui a dit qu’il devrait se suicider – et il l’a apparemment fait. Déçus, Mabel, Charles et Oliver informent leur célèbre voisin que la mort était en fait un meurtre, libérant la conscience de Sting, mais les renvoyant à la planche à dessin.

Pendant ce temps, Charles sympathise avec un bassoniste qui vit dans l’immeuble nommé Jan (joué par Les bureaux Amy Ryan). Les deux ont fixé un rendez-vous, mais Charles le gâche lorsque Jan lui parle de certains de ses bagages et il ne peut pas rassembler d’histoires personnelles en retour. Après s’être rendu compte qu’il ne voulait pas lâcher celui-ci, Charles retourne voir Jan et lui avoue pourquoi il hésite tellement à nouer de nouvelles relations. Sa dernière petite amie de longue date avait une jeune fille nommée Lucy, à laquelle Charles avait été très dévoué, même après que sa relation avec sa mère ait commencé à se dégrader. Enfin, lors d’une croisière familiale destinée à rapprocher les trois, la mère de Lucy a emmené Lucy et l’a abandonné à mi-chemin du voyage. Impressionné par sa franchise, Jan donne à Charles un deuxième rendez-vous absolument en quelque sorte, non? Droit?).

En enquêtant sur des objets qu’elle a trouvés dans l’appartement de Tim, Mabel découvre un indice sur la personne que Tim aurait pu rencontrer juste avant sa mort. Charles et Oliver, d’un autre côté, établissent des liens intéressants lorsqu’ils apprennent du fils d’Oliver que Mabel vivait dans le bâtiment et traînait avec Tim Kono (*halètement !* je plaisante, nous le savions déjà). À la fin de l’épisode, nous voyons Mabel suivie par Tye-Dye Guy, – alias le gars du début du flashforward – alias le gars que Charles a vu rentrer dans le bâtiment lorsque Tim a été assassiné – alias l’ami d’enfance de Mabel, Oscar, non?

Emballer non pas une mais deux stars invitées de renom, comme Tina Fey et Sting, semblait être un geste audacieux, mais ni l’une ni l’autre n’a trop retenu l’attention du reste de l’épisode, ce qui était un soulagement. Le rythme de la série semblait également s’être calmé du léger frénétisme des premiers épisodes, un autre signe positif.

Pour être honnête, je n’ai pas beaucoup pensé à cette émission au premier tour, mais au fil des semaines, j’attends avec impatience chaque nouvel épisode. En soi, cela ressemble à un exploit, car de nombreuses émissions que j’ai prises en compte pour ce joli site Web ont commencé à ressembler moins à des émissions et plus à des corvées au fil du temps. Mes pinailles de la semaine dernière tiennent toujours – la performance de Gomez est bonne, mais semble parfois étrangement condescendante, et le mystère continue d’être plutôt prévisible. Cependant, le point focal de l’émission semble être en grande partie sur l’argent, et son trio central devient de plus en plus attachant au fil du temps.

Et qui pourrait détester une émission qui présente un duo basson/accordéon sur « Take Me Out to the Ballgame ? » Ce ne sera pas moi, c’est sûr.

Source