Pour toute l’humanité – Polaris – Critique

Pour toute l’humanité – Polaris – Critique


Malgré leur valeur apparente pour le monde du très en ligne, ce n’est en fait pas très souvent que les scores IMDb racontent une histoire particulièrement intéressante. À de rares exceptions près, les premières et les finales de la saison sont les sommets, et les nombreux épisodes intermédiaires sont les vallées. Cependant, les scores IMDb pour les deux premières saisons de “For All Mankind” sont quelque peu remarquables.

Lorsque la série d’histoire alternative a été créée pour la première fois sur Apple TV + en novembre 2019, elle n’était pas vraiment appréciée. Dans sa critique Rolling Stone des huit premiers épisodes, Alan Sepinwall a écrit : “[the series] ne semble pas connaître le meilleur moyen d’arriver là où il va. ” En effet, la plupart des téléspectateurs semblaient être d’accord avec lui; les utilisateurs d’IMDb ont marqué le premier épisode avec une note moyenne de seulement 7,5 étoiles. À la fin de la saison, le plus haut -l’épisode classé (comme on pouvait s’y attendre, la finale de la saison) n’avait obtenu qu’un classement respectable de 8,9.

En 2021, la deuxième saison semblait destinée à répéter le schéma précédent: des entrées précoces mal notées, suivies de notes légèrement plus excitantes à la fin. Cependant, la finale de la saison a obtenu des scores considérablement plus élevés que tous les épisodes précédents, passant à une qualité de prestige de 9,5. En effet, de nombreux critiques semblaient impatients de noter que quelque chose avait changé à la fin de la deuxième saison de l’émission. Non seulement le ton du troisième long métrage de Sepinwall sur la série suggère une réévaluation importante de la série, mais il l’a même inclus dans la première place de sa liste des meilleurs de l’année, qui, bien sûr, maintenant nous amène à la troisième saison.

Cette longue introduction n’est pas seulement pour que j’aie l’occasion de dire “Je te l’avais dit,” mais aussi pour rappeler à tous à quel point cette série peut être géniale lorsqu’on lui accorde un minimum de patience. Avec cela à l’écart, creusons.

Comme taquiné à la fin de la deuxième saison, “For All Mankind” Saison 1, Episode 1 (“Polaris”) reprend dans la dernière décennie du 20e siècle, rattrapant rapidement le public avec un récapitulatif quelque peu fastidieux des modifications historiques notables. Bien que ces changements puissent être amusants, l’excitation de regarder des titres étranges voler sur l’écran berce les sens assez rapidement. Pourtant, c’est un moyen relativement efficace de nous mettre tous au courant. En plus d’une tournée de retrouvailles des Beatles et de l’élection surprise du président Gary Hart en 1984, la chronologie de “For All Mankind” trouve les États-Unis et l’Union soviétique enfermés dans une course spatiale secondaire vers Mars.

Margo Madison (Wrenn Schmidt) consacre une grande partie de son temps à s’assurer que la NASA respectera sa date de lancement imminente sur Mars en 1996. Cela signifie superviser les opérations quotidiennes de l’organisation et maintenir des connexions secrètes avec son homologue soviétique, Sergei Nikulov (Piotr Adamczyk). L’un des rares fils lâches restant à la fin de la saison 2, ce scénario semble certainement destiné à briser les cœurs. Depuis que nous la connaissons, Margo est pratiquement mariée à son travail, et même si elle semble tentée d’essayer quelque chose en dehors de sa zone de confort, cela aura probablement un coût. Comme de nombreux arcs de personnages tout au long de la saison 2, l’histoire de Sergei semble être celle qui brûlera lentement. Malheureusement, il a été noté que Margo peut être un peu un excentrique social, et il y a des indices précis que cette histoire pourrait éventuellement blesser Margo de manière importante. Espérons juste que cela ne fera pas soudainement passer l’un des personnages les plus intelligents de cette série pour un bouffon.

Comme d’habitude sur “For All Mankind”, les scénarios les plus intéressants se déroulent dans le ciel. Au cours des plus de deux décennies qui se sont écoulées depuis que les gouvernements ont commencé des voyages semi-réguliers vers la surface lunaire, un certain nombre d’entreprises privées ont également lancé des entreprises similaires. Bien que le premier épisode de la saison 3 ne s’attarde pas beaucoup sur Helios, un concurrent de Polaris dirigé par Dev Ayesa (Edi Gathegi) qui jouera un grand rôle cette saison, l’introduction du tourisme spatial semble certainement être un naturel et arraché à -la progression de l’histoire des gros titres. En fait, la majorité de l’épisode se déroule sur l’hôtel Polaris, une attraction touristique spatiale unique en son genre exploitée par Sam Cleveland (Jeff Hephner) et Karen Baldwin (Shantel VanSanten). Au cours d’un début voué à l’échec, l’hôtel Polaris accueille le mariage de Danny Stevens (Casey W. Johnson), le fils de feu Gordo (Michael Dorman) et de Tracy Stevens (Sarah Jones). Bien que l’absence de Gordo et Tracy jette certainement une ombre notable sur la première de la saison 3 (en particulier en ce qui concerne les enfants troublés du couple), la série ne manque pas un battement sans deux de ses meilleurs personnages. En fait, le moment marquant de l’épisode prouve rapidement que l’exploration spatiale dans les années 90 reste aussi impitoyable pour la famille Stevens que dans les années 80. Alors que la saison va au-delà de cette première entrée, il sera intéressant de voir à quel point la prochaine génération de Stevens est désireuse ou réticente de répéter l’histoire.

Ailleurs, certains personnages ressentent et montrent les effets des décennies qui passent, mais sans surprise, l’impact n’est pas toujours réparti de manière égale. VanSanten enfile une perruque aux tons gris appropriés, mais le département de maquillage ne cache pas le fait que l’actrice de 36 ans n’a en fait que trois ans de plus qu’elle ne l’était au début de la série. Cependant, alors que le département de maquillage ne parvient pas à transmettre correctement le passage du temps, le scénario introduit pour le nouvel entrepreneur spatial est décidément adapté à son âge. La première de la saison place Karen aux commandes pour une fois, offrant à VanSanten certaines de ses meilleures scènes de la série à ce jour. En plus de subir ce qui sera inévitablement un désastre majeur en matière de relations publiques, elle est obligée de se débattre avec le fait que ses choix de vie l’ont conduite là où elle se trouve aujourd’hui, un endroit bien différent de ce qu’elle a probablement imaginé. De la perte de son fils dans la saison 1 à la dissolution de son mariage dans la saison 2 et tout depuis, Karen a fait face à d’innombrables difficultés, mais elle continue toujours à se battre avec le sourire.

Bien sûr, une catastrophe a un impact différent sur chacun, et on ne peut pas en dire autant de toute sa famille et de ses amis. On ne sait pas exactement depuis combien de temps les deux ont divorcé, mais Ed Baldwin (Joel Kinnaman) semble à peu près aussi misérable qu’il ne l’a jamais été. Malgré son récent mariage avec un nouveau personnage, Ed ne peut que rêver de s’éloigner de la planète qu’il appelle chez lui. Cependant, il n’est plus un poulet de printemps et beaucoup, y compris Margo, envisagent l’avenir de sa carrière dans l’espace avec un point d’interrogation géant. D’une certaine manière, cela donne l’impression que cela pourrait conduire l’astronaute vétéran vers un territoire plus intéressant; il n’a jamais été aussi isolé qu’il ne l’est en ce moment. D’une autre manière, nous ne pouvons qu’espérer que cela ne commencera pas à ressembler à un rechapage d’autres personnages obstinément vieillissants comme Gordo dans la saison 2 et Molly Cobb (Sonya Walger).

Note : 8.8/10 — Ce n’est certainement pas le meilleur épisode de l’histoire de la série, mais il parvient à réintroduire les personnages dans une nouvelle décennie de leur vie qui semble nouvelle et, surtout, passionnante ! Certains fils d’histoire prendront plus de temps à porter leurs fruits que d’autres, mais si cela fonctionne aussi efficacement qu’il l’a fait la saison dernière, nous ferons un bon bout de chemin.
var code auteur=”BR” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2022/06/for-all-mankind-polaris-review.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.