Revue Roush: Regardant dans le bocal à poissons de l’émission du matin de Piranhas

Revue Roush: Regardant dans le bocal à poissons de l’émission du matin de Piranhas

Vous devez apprécier le moxie d’une série de streaming très médiatisée où un personnage laisse échapper : « Un autre service de streaming ? Cela devrait être illégal. C’est L’émission du matinLa deuxième saison de en bref : avoir son gâteau en s’étouffant dessus.

Agréablement divertissant même lorsqu’il est si plein de lui-même que vous êtes tenté de fourrer une chaussette dans les bouches motorisées de ces monstres médiatiques égocentriques, c’est une satire sincère sur le manque de sincérité, souffrant d’un cas galopant de Sorkin-ite hyperverbale (Aaron). Le spectacle s’efforce d’être L’aile ouest de la télévision, bien que beaucoup plus cynique, alors que les divas n’arrêtent pas de parler de devenir de meilleures versions d’elles-mêmes tout en collant des couteaux dans le premier dos disponible. Il se déroule dans les coulisses d’une émission matinale d’un réseau en difficulté, où il y a un nouveau scandale pour chaque cycle d’actualités et le mauvais sang monte jusqu’aux genoux. Lorsque les caméras s’éteignent, le vrai spectacle commence.

Au centre de la scène, comme dans la saison 1, se trouvent ces co-animateurs charismatiques mais combatifs Alex Levy (Jennifer Aniston), le vétéran fragile et le débutant enthousiaste Bradley Jackson (Reese Witherspoon), qui font ressortir la bête les uns dans les autres. Les circonstances les forcent à se réunir, des mois après avoir dénoncé le sexisme toxique de leur réseau et sont devenues des héros féministes improbables. Chaque fois qu’ils s’embrassent, vous êtes surpris qu’ils ne laissent pas de traces de griffes.

Le casting brillant s’étend à la suite de l’entreprise, où le PDG nouvellement promu Cory Ellison (le gagnant d’un Emmy Billy Crudup) semble vraiment croire « C’est une bataille pour l’âme de l’univers » alors qu’il se lève à la présidente du conseil d’administration Cybil Richards (le merveilleusement caustique Holland Taylor) pour défendre son streamer UBA+ qui sera bientôt lancé. Pendant ce temps, il manipule les carrières avec une froideur reptilienne, faisant la leçon à l’un de ses sous-fifres: « Se soucier des autres limite votre capacité à prendre des décisions égoïstes. » Et pourtant, il est sur son propre chemin d’expiation, un peu comme l’ancien présentateur en disgrâce Mitch Kessler (Steve Carell), pansant ses blessures dans une villa italienne au bord d’un lac – quelle horreur pour lui ! devenir votre nouveau personnage préféré).

Apple TV+

Julianna Margulies (La bonne femme) ajoute encore une autre couche de glamour cool en tant que Laura Peterson, une ancre vétéran qui a survécu au moulin à potins et brouille les pistes professionnellement et émotionnellement. Revenir à ce bocal de piranhas surexposé, dit-elle, c’est « comme si on demandait à Carrie de parler lors de la réunion du lycée ».

Avec une chronologie allant approximativement du Nouvel An 2020 à la première vague de la pandémie, L’émission du matin saupoudre d’esprit au milieu de cascades surchauffées de mélodrame élevé. J’admets que j’ai eu le souffle coupé lorsqu’un cadre écrase les espoirs d’une future star de l’actualité en soulignant froidement : « Certaines personnes doivent être Ringo. » Aie.

Le matin Émission, Première de la saison 2, vendredi 17 septembre, Apple TV+

Source