‘Shadow and Bone’ commence spectaculairement avec ‘A Searing Burst of Light’ (RECAP)

‘Shadow and Bone’ commence spectaculairement avec ‘A Searing Burst of Light’ (RECAP)

[WARNING: The following contains MAJOR spoilers for Shadow and Bone Season 1 Episode 1, “A Searing Burst of Light.”]

Bienvenue dans le Grishaverse, la dernière réponse de Netflix à Jeu des trônes – et une réponse digne, c’est.

Que vous ayez dévoré avidement chaque mot des romans YA de Leigh Bardugo ou que vous débutiez comme un nouveau venu dans le monde d’Alina (Jessie Mei Li), ses amis et ses ennemis, la première de la série de Ombre et os est accessible à tous (même si un peu déroutant, peut-être, parfois). L’épisode est divisé en deux scénarios majeurs: celui d’Alina et un jeune cerveau criminel nommé Kaz (Freddy Carter) et son équipe. Ils se connectent de manière spectaculaire à la fin de l’épisode, mais la majeure partie de «A Searing Burst of Light» est consacrée à leur présentation, séparément et en profondeur.

Alina, apprend-on, est cartographe dans la première armée du royaume de Ravka. Elle s’est jointe à son ami Mal (Archie Renaux), avec qui elle a grandi dans un orphelinat après que leurs parents aient été tués en essayant de traverser le mystérieux et mortel Fold. Ils sont en guerre avec les Fjerdans et les Shu, qui les bordent au nord et au sud, ce qui laisse le pli comme le seul moyen de s’échapper pour tout Ravkan qui veut sortir de leur patrie. (Dans un changement marqué par rapport au matériel source, Alina est à moitié Shu, ce qui fait d’elle la cible de commentaires racistes d’autres membres de l’armée.) Le pli, malheureusement, est un terrain vague regorgeant de monstres meurtriers, et comme elle et Mal vent en se battant pour sa survie, elle fait une découverte sur elle-même qui changera le cours de sa vie.

DAVID APPLEBY / NETFLIX

Un lien incassable

Alina et Mal sont ravis de la fusion de leurs entreprises, car cela signifie qu’ils peuvent passer plus de temps ensemble – il y a quelques YA classiques «ces deux-là sont les meilleurs amis depuis des années, mais ils ont le béguin l’un pour l’autre» beats – mais dans un Cruelle torsion du destin, Mal se voit attribuer une place en mission à travers le pli pour récupérer des fournitures de Ketterdam. Mal et Alina savent que cela signifie probablement une mort certaine, mais il jure de lui revenir quand même. Cette promesse n’est pas suffisante pour Alina. Désespérée de trouver un moyen d’accompagner son amie, elle brûle plusieurs cartes du côté opposé du pli, et lorsque son commandant lui demande qui l’a fait, elle dit qu’elle ne sait pas – mais elle se porte volontaire pour partir en mission et re dessinez-les. Le plan fonctionne: elle est autorisée à voyager à travers le vide vide de la mort. Mais c’est une déception pour le reste de sa compagnie de cartographes, qui sont également désignés pour y aller.

Comme pour tout travail fantastique, il y a de la magie (ou comme l’appellent ceux qui la pratiquent, de la science) sous la forme de la deuxième armée, qui comprend un groupe de Ravkans appelé Grisha. Les Grisha sont divisés en trois sous-groupes, et leurs pouvoirs vont de «Heartrending» (soigner / contrôler le corps) au contrôle des éléments.

Ainsi, les membres de la Première Armée et Mal, ainsi que quelques Grisha de la Deuxième Armée et Alina et ses cartographes, montent tous sur le bateau. (C’est un bateau flambant neuf, censé avoir plus de chances de réussir que les nombreux voyages condamnés qui l’ont précédé). Tout le monde essaie de garder le moral, mais cela semble un mauvais signe que le chef de la deuxième armée, le général Kirigan (Ben Barnes), ne les accompagne pas.

Un éclat de lumière brûlant

De toute évidence, les choses tournent mal. La seule lumière qu’ils gardent sur le bateau s’éteint et un soldat a la brillante idée d’allumer une lanterne différente, qui attire des monstres ressemblant à des dragons avec d’énormes dents. Ils attaquent, tuant la plupart des soldats à bord; Alexei, l’un des amis cartographes d’Alina, saute par-dessus bord et Mal se retrouve dans les griffes d’une créature. Avec quelques tirs rapides, Alina le sauve, mais il semble que ses blessures pourraient être mortelles de toute façon. «Je te retrouverai dans le pré», lui dit Mal en se penchant sur lui et en lui tenant la main.

C’est là que les choses deviennent intéressantes. Un des monstres prend Alina et un éclat de lumière brûlant émet d’elle et résonne à travers le pli. Pendant ce temps, Alexei se dirige vers Ketterdam et s’effondre sur le rivage, épuisé.

Ombre et os, Freddy Carter

GRÂCE À NETFLIX © 2021

Rencontrez les corbeaux

À Ketterdam, on nous présente le tireur d’élite de jeu Jesper (Kit Young) alors qu’il appelle un joueur pour ses fausses pièces en tirant un trou dans l’une d’entre elles (c’est une scène plutôt cool); le cerveau criminel Kaz Brekker alors qu’il refuse un travail pour retrouver un tableau que nous verrons plus tard assis dans son salon; et «wraith» Inej Ghafa (Amita Suman), qui peut suivre les gens et se faufiler dans des endroits sans être entendu ni vu. Ils vivent à The Barrel, une ville portuaire regorgeant de bordels, de clubs et de gangs acharnés. C’est une ruche misérable d’écume et de méchanceté à coup sûr, mais Kaz et ses copains s’y débrouillent bien.

Inej parle à Kaz du travail d’un riche marchand nommé Dreesen, qui recherche un équipage pour traverser le pli et ramener quelque chose de l’autre côté. La récompense? Un million kruge (c’est beaucoup d’argent). Au début, Kaz n’est pas impressionné: «Bien sûr, la mort paie un million.» Inej lui dit que Dreesen prend des réunions sur le travail à partir de minuit cette nuit-là, et elle a regardé le marchand ramener quelqu’un de mystérieux chez lui. Ils entendent dire que Dreesen est à la recherche d’un Heartrender, et ils se lancent à l’action pour en obtenir un devant Pekka Rollins, un seigneur du crime rival et impitoyable dans le Barrel que nous voyons assassiner un propriétaire de club à la poursuite d’un Heartrender.

Kaz et son groupe réussissent là où Rollins a échoué, et ils livrent à Dreesen un Heartrender avant tout le monde à Ketterdam. Il s’avère – surprise! – le scénario d’Alina était légèrement en retard sur celui de Kaz, et le prisonnier que Dreesen a pris n’est autre qu’Alexei. Dreesen utilise le Heartrender pour inciter Alexei à parler de ce qu’il a vu lorsque le navire a été attaqué, et il dit qu’un Grisha Sun Summoner a détruit les monstres et émis la lumière. On dit qu’un invocateur du soleil est capable de détruire le pli, et actuellement, Alina est la seule connue à exister. Cela la rend très, très précieuse: assez précieuse pour être le «quelque chose» que Dreesen veut de l’autre côté du Pli. Il tue Alexei après avoir fourni cette information, puis il dit à Kaz, Inej et Jesper qu’ils ont le travail – «si vous pouvez prouver que vous avez un moyen de franchir le pli et de revenir.» S’ils ne le font pas, il dit qu’il donne le travail à Pekka Rollins. Pendant ce temps, Alina et Mal ont échoué dans leur camp, sur leur bateau en ruine.

Autres observations

  • J’ai lu Six des corbeaux et Ombre et os, et j’ai vraiment apprécié les deux livres (Six de corbeaux peut-être un peu plus que Ombre et os, mais les deux étaient excellents). Je pense que la série fait un excellent travail en adaptant les personnages et en peaufinant – ou dans le cas des Dregs, en inventant – les scénarios si nécessaire.
  • Cela pourrait être un sacrilège de Netflix-fantasy, mais j’apprécie plus que Le sorceleur. D’autres pourraient ne pas être d’accord, mais je trouve cette émission plus intelligente et moins déroutante, et bien qu’elle ait sa juste part de violence, elle ne semble pas gratuite. Cela tombe parfois dans les tropes prévisibles de YA (la romance du meilleur ami, toute la chose de «l’élu»), mais le monde semble si réel qu’il est facile de les regarder au-delà.
  • Jesper de Kit Young est aussi charmant et spirituel ici qu’il l’est dans les livres. Il me rappelle un autre personnage bien-aimé d’adaptation Netflix: Klaus Hargreeves (Robert Sheehan).

Ombre et os Saison 1, maintenant en streaming, Netflix

Source