Des documents «  bâclés  » examinent leur saison COVID «  intéressante  », prennent des jabs les uns sur les autres (VIDEO)

Des documents «  bâclés  » examinent leur saison COVID «  intéressante  », prennent des jabs les uns sur les autres (VIDEO)

BâcléLa septième saison vient de commencer sur E! et déjà, on dirait qu’il y a eu quelques pincements et replis aux histoires habituelles de chirurgie plastique qui ont mal tourné.

«C’est une saison intéressante», déclare le Dr Terry Dubrow. «Parce que non seulement cela chevauchait la pandémie, mais nous avons choisi des cas qui sont… vraiment amusants, étranges et difficiles.» En plus des nez bancaux et des ascenseurs oculaires maladroits, Dubrow et son partenaire à l’écran, le Dr Paul Nassif, prendront en charge des clients aux prises avec un plus large éventail de problèmes.

«Nous avons des seins dans l’aisselle, nous avons des déformations du cou, nous avons du silicone injecté dans les biceps», poursuit Nassif, ajoutant qu’il y a même une patiente avec une anomalie congénitale causée par l’implant contraceptif de sa mère et une victime d’une morsure de requin.

Bien sûr, ce sont toutes des situations graves, et Nassif et Dubrow ne plaisantent pas en ce qui concerne les soins aux patients. Mais comme les fans de ces documents comiques le savent, tous les paris sont ouverts sur la façon dont ils se jettent les uns les autres. En fait, tous deux ont sauté sur l’occasion de plaisanter sur le genre de travail sous le couteau que l’autre pourrait utiliser, tandis que Nassif a déchaîné son arme secrète pour faire monter son collègue: sa fille nouveau-née Paulina, qui a écrasé notre conversation et volé nos cœurs.

Alors, qu’est-ce qui est différent cette saison? Eh bien, il s’avère qu’un an en quarantaine et toutes nos interactions en ligne – sans parler de l’utilisation abusive flagrante des filtres par les influenceurs des médias sociaux – ont provoqué une augmentation des appels pour leur service.

«Les gens qui n’auraient pas nécessairement pensé à la chirurgie plastique se sont regardés sur Zoom pendant les 12 derniers mois, alors ils remarquent en quelque sorte les choses qu’ils veulent réparer», dit Dubrow. «La demande est énorme.»

Heureusement que ces deux-là savent comment réduire les choses trop grandes.

Bâclé, Les mardis, 9 / 8c, E!

Source