FILMS : Mères parallèles – Critique

FILMS : Mères parallèles – Critique

Pedro Almodóvar est le maître de la couleur, un cinéaste de passion, d’angoisse, d’amour et de caractère avec tout un genre à lui seul. Son dernier, Mères parallèles, donne l’impression que cela n’aurait pu provenir d’aucun autre, une affaire tout à fait unique centrée autour d’un cas d’échange de bébé qui rappelle les goûts de Hirokazu Koreeda Tel père tel fils, lorsque deux mères dans un hôpital voient leurs bébés échangés sans le savoir alors qu’elles partagent la même salle – créant des liens dans le processus.

C’est une histoire fascinante et enrichissante qui s’appuie sur une prémisse simple – Penélope Cruz et Milena Smit ont toutes deux une chimie naturelle intégrée qui rapporte des dividendes au fur et à mesure que le film progresse et ils explorent leur lien unique ensemble – Almodóvar fait toujours attention à donner à ces deux personnages une personnalité, une histoire – et une âme. Janis de Cruz est lié à l’histoire de l’Espagne – c’est Pedro Almodóvar abordant les péchés de Franco et les multiples tombes anonymes qui se trouvent au cœur du pays. La quête de Janis pour trouver l’identité de son ancêtre laisse place à une affaire entièrement personnelle et complexe – et la façon dont le film combine deux scénarios apparemment sans rapport fonctionne d’une manière qui ne semble jamais étrange ou choquante, malgré les critiques – et il bénéficie du fait que juste à quel point les personnages sont bons.

L’utilisation de la couleur est toujours vive et la scénographie, en particulier dans les appartements, est subtile mais perceptible, elle les fait se sentir réels et vécus non seulement dans des décors de films pour que les personnages se promènent. Ceci est rehaussé par la cinématographie – José Luis Alcaine, un habitué d’Almodóvar – sait ce qui fait fonctionner ses films et les deux se combinent pour former les deux moitiés d’un tout collectif – Alcaine est aussi influent sur le “genre Almodóvar” qu’Almodóvar l’est lui-même – peu de réalisateurs sont suffisamment stylisés pour mélanger le mélodrame avec cette riche histoire et le symbolisme le font fonctionner si superbement, mais Parallel Mothers ne se sent jamais disjoint – les deux scénarios s’entrelacent peu mais nécessairement, et Ana de Smit n’est jamais ignorée ou écartée – sa personnalité est aussi riche et aussi bien développée que Janis. C’est fascinant de regarder les deux liens – Janis lui parle de son nom pendant qu’une chanson de Janis Joplin passe à la radio, et alors que le couple se lie – le film change de ton, ne filmant que ce qui est nécessaire – ne vous attendez pas à des prises de vue ici, le film passe directement à l’action – et les décors eux-mêmes, bien que riches et vivants, ressemblent à un bruit de fond – séduisant mais pas distrayant, dans le bon sens.

var code auteur=”MJ” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2022/01/movies-parallel-mothers-review.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.