Fondation – Le fantôme du mathématicien – Critique

Fondation – Le fantôme du mathématicien – Critique

Fondation est le genre de spectacle qui saute sans souci dans le monde – une seconde vous êtes projeté 400 ans dans le passé, la suivante, 19 ans dans le futur après le bombardement qui a fait des millions de morts. En se concentrant sur Brother Dusk, cet épisode nous a introduit dans la perspective que chacun des clones de l’empereur a son propre héritage – chacun des clones est différent, dit-il, et bien qu’il en doute – l’héritage de Brother Dusk est toujours quelque chose qui pèse lourd sur ses épaules. Terrance Stamp donne au personnage un poids d’âge et d’expérience que les autres clones n’ont pas – éloigné de l’ambitieux Brother Day ou de la jeune nature inexpérimentée de Brother Dawn. Il s’agit d’une vaste galaxie tentaculaire avec plusieurs concepts lourds et ralentissant pour passer du temps avec certains des personnages qui peuvent se sentir un peu lésés – avec Brother Day passant une grande partie de son temps au soleil dans les deux premiers épisodes, c’est maintenant pour Brother Crépuscule. Son pouvoir est toujours craint, mais il est plus gentil maintenant, moins impitoyable, épargnant la vie d’un serviteur après une erreur. Un vrai contraste avec la vengeance de Brother Day suspendue dans l’épisode précédent – ​​regarder Stamp et Pace s’affronter ancre fortement cette émission.

Si la mort d’Hari Seldon peut nous sembler soudaine, elle ne l’est pas pour ces personnages. Ils ont eu des années pour le contempler – nous avons eu une semaine – et si certains sont plus enclins à le croire que d’autres, il n’est plus aussi important qu’il l’était autrefois aux yeux de l’Empereur. L’insistance de Brother Day sur le fait que les clones, et non le pont des étoiles, sont le grand rêve de leur ancêtre est une pure arrogance non filtrée – et Pace donne à ce rôle la profondeur dont le personnage a besoin pour être plus qu’unidimensionnel, aidé par son expérience – il est le genre de personnage qui serait à l’aise avec Ronan l’Accusateur, s’ils n’essayaient pas de se poignarder constamment dans le dos pour tenter de prendre le pouvoir.

Cet épisode a passé une grande partie du temps à explorer ce qui se passe lorsqu’un frère clone décède, et le caractère émotionnel des battements était ce qui manquait cruellement dans les deux premiers épisodes (que les acteurs ont fait de leur mieux pour essayer de compenser le manque d’attention placé sur leurs personnages), est allé en quelque sorte être rectifié. Olivia Purnell écrit également Y : Le dernier homme et a des épisodes de Dieux américains à son actif, pas étrangère à la fiction de genre et elle apporte ici un sentiment de crédibilité qui ravit vraiment le sens de l’échelle qui n’était pas présent dans les deux premiers épisodes – une amélioration instantanée sous le mandat de Goyer – en se concentrant sur ces personnages, est-ce que nous avoir une idée des étoiles et du but en elles – montrer à Brother Dusk une version plus jeune de lui-même en train de naître lui a donné un sentiment de mortalité renouvelée – et Stamp dépeint magistralement ce processus de vieillissement.

Garder les mêmes acteurs au cœur de qui sont ces clones a donné un sentiment de familiarité dans la série qui s’étend sur une décennie – bien que ces personnages soient différents, cela rappelle qu’ils sont toujours – essentiellement les mêmes. Voir les clones que nous connaissons se transformer en versions vieillies d’eux-mêmes a donné à l’équipe de maquillage un défi d’afficher les différences subtiles qui accompagnent le processus de vieillissement naturel, et regarder Brother Darkness vieillir sous nos yeux était spectaculaire. Il se rend compte que quelque chose ne va pas chez le nouveau Frère Dawn avant de partir – surveillé par ses ancêtres, qui savent très bien qu’eux aussi, subiront un jour le même sort.

Ensuite, il y a un autre saut dans le temps alors que Cléon le 14 se présente. Ce spectacle ne perd pas de temps à ralentir – mais remarquablement, c’est toujours rapide pour le livre – les deux premiers épisodes couvraient les deux premiers chapitres du conte d’Isaac Asimov. Nous rencontrons d’abord Cléon le 14 qui agite les souvenirs du passé – mais un rappel est offert pour oublier les morts à ses risques et périls, et l’ombre de Hari Seldon se trouve dans le lointain passé – un homme assez intelligent pour prédire que l’Empire serait un jour atteindre Terminus et le coloniser – et que les clones seraient plus que disposés à fuir en exil plutôt que de rester à leur sort.

Il y a un sentiment de destin prédéterminé dans la seconde moitié de cet épisode – qui s’attarde au-delà des clones – les colons ont pensé qu’ils étaient les premiers à arriver sur la planète, après que chaque mouvement leur ait été préparé à l’avance – mais le l’objet qui nous a été présenté dans le flashforward au début du pilote lève la tête, frappant une silhouette sur le vaste paysage calme et vide qui se sent tout à fait magnifique. Un par un, les colons se retrouvent étourdis lorsqu’ils s’effondrent sur le sol autour de l’objet connu sous le nom de Vault et font de leur mieux pour battre en retraite, finissant par s’évanouir un par un. Finalement, les colons se sont tenus à l’écart – alors que le mythe est passé à la légende sur ce qui pourrait se cacher derrière. Plutôt que d’être redouté, il est devenu un élément quotidien de la civilisation.

Regarder le refuge construit à partir du navire lent m’a rappelé une avance rapide au début de jeux comme Civilisation 6 qui ont le même genre d’échelle, il y a un soupçon de Les mondes extérieurs ou la colonie de Battlestar Galactica sur New Caprica de leur conception – et c’est le genre de niveaux d’ambition qui Fondation vise ici. C’est un ensemble si vaste, si vaste que peu de personnages restent longtemps au même endroit. Garder une trace de tout le monde va être une tâche très difficile.

Nous rencontrons le directeur de Leah Harvey, Salvor Hardin – un rêveur ambitieux qui a les yeux rivés sur le coffre-fort – où tout le monde l’a laissé derrière lui. Elle me rappelle beaucoup depuis le début de quelqu’un comme Rey (et pas seulement parce qu’elle enquête aussi sur un vaisseau spatial en ruine d’une taille énorme) – qui a gardé les yeux rivés sur les étoiles de Jakku, qui est instantanément différent de ceux qui l’entourent. et instantanément attiré vers le coffre-fort. Elle se rend compte que quelque chose ne va pas avec le champ nul qui l’entoure – il s’étend – après avoir effectué une vérification. Un par un, nous découvrons ces personnages, qui sont les descendants du groupe qui a voyagé avec Hari Seldon, poursuivant son héritage. Il y a un fossé entre les générations plus jeunes et plus âgées – Salvor est accusé de faire passer ceux qui croient à une secte, mais on perd peu de temps – le champ nul s’étend, et il pourrait un jour piéger toute la ville. Pour chaque menace à grande échelle – il y en a aussi une plus petite et plus immédiate – qui Fondation est assez intelligent pour garder le danger immédiat et sur l’ici et maintenant.

Comme Seldon avant elle, Salvor est assez intelligent pour se rendre compte qu’un jour la galaxie s’effondrera – mais contrairement à lui, il est sceptique quant à son plan. Nous sommes ensuite présentés à Hugo de Daniel MacPherson, un marchand de l’espace aventureux et charismatique, l’intérêt amoureux de Salvor – qui lui montre les planètes sur lesquelles il est allé. Fondation fait du bon travail pour que cet univers se sente densément peuplé – attendez-vous à ce que ces critiques soient toutes assez longues car il y a beaucoup de choses à suivre! Contrairement à Hugo, Salvor ne peut pas fuir ses responsabilités – elle ne peut pas les choisir, mais elles sont toujours les siennes. Les deux personnages se sentent vivants et réels dans cette galaxie – et Fondation passe suffisamment de temps avec eux dès le début pour nous faire savoir que les deux premiers épisodes n’étaient qu’une préquelle de ce qui va suivre. Mais encore une fois, Fondation est tout aussi enclin à faire le tour des galaxies, alors qui sait où nous pourrions nous retrouver ?

Salvor suit un garçon dans les ruines du navire lent abattu la nuit – et rencontre un extraterrestre qu’elle est capable de faire fuir dans le noir avec un coup de feu d’avertissement. Il s’avère que le navire lui-même est Anacréon, la planète qui a été la cible d’une attaque de vengeance par l’Empire – et trois hélicoptères de combat s’approchent d’eux. Hugo révèle qu’il a quitté le monde depuis les attentats à la bombe et qu’il pousse 70 ans – après avoir passé ce temps en sommeil cyroscopique – mais ce qui est peut-être plus alarmant, c’est que l’Empire ne peut pas être signalé pour de l’aide – les communications ont été brouillées. Le rythme de cet épisode passe de zéro à onze avant la fin alors que nous voyons ce que les colonisateurs peuvent rassembler comme une sorte de défense – mais déjà les hélicoptères de combat semblent être une menace trop importante. Fondation sait certainement comment faire monter la tension – et cela ressemble beaucoup au calme avant la tempête. La ville n’a que 40 heures pour se préparer à une invasion… et le temps presse.

Un dernier voyage donc, pour Salvor – à l’Abri. Elle rencontre à nouveau le garçon et le suit jusqu’au navire abattu. Elle trouve l’extraterrestre – abattu par une blessure par flèche. (Puis-je juste dire à quel point les effets CGI sont bons sur cet extraterrestre ? L’un des avantages d’un budget illimité). Elle se penche pour retirer la flèche – et trouve un visage ennemi pointé sur elle avec l’arc et la flèche. Entrez dans les Anacréons – et entrez dans un cliffhanger, qui nous gardera sur le fil pour une attente hebdomadaire alléchante.

Je commence à adhérer à cette vision que la Fondation nous a présentée. C’est très maladroit et peu susceptible de séduire quelqu’un immédiatement. Mais Le fantôme du mathématicien nous donne un autre sentiment d’espoir que ce spectacle pourra éventuellement être à la hauteur de son potentiel.

var codeauteur=”MJ” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2021/10/foundation-mathematicians-ghost-review.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.