Industrie – 2.01 – Papa – Critique

Industrie – 2.01 – Papa – Critique

Bébé Succession c’est baaaaaaaaaack ! Désolé, désolé, je sais que c’est injuste pour les deux émissions de faire cette comparaison, mais c’est toujours ce que je ressens. Pour ma part, je suis très heureux d’être de retour à Pierpoint avec Harper, Rob, Yasmin et Eric (et le café d’Eric, qui aurait dû être facturé en premier ici, soyons honnêtes).

Bien que je sois peut-être heureux d’être de retour à Pierpoint, nos protagonistes refusent toujours d’aimer leur travail. Ce qui n’est pas surprenant, compte tenu de la tension incroyable de la saison 1, qui a abouti à une humiliation à l’échelle du bureau alors qu’ils défendaient leurs places et ont prouvé leur valeur à Pierpoint lors de la finale de la saison 1. Mais c’est cette combinaison de situations induisant une anxiété insensée et de soirées fastueuses qui rend le spectacle unique et si regardable. Alors amenez-le! L’émission a pris la décision d’inclure la pandémie, même si cela semble dans leur univers (chanceux), c’est plus ou moins fini (bien que les vaccins semblent commencer à peine leur déploiement, alors qui sait), et tout le monde n’est pas ravi de retourner au bureau. Harper, à savoir, travaille à distance depuis un hôtel quatre étoiles. Entre les peignoirs flous et les bains de minuit, cela ne semble pas être une mauvaise affaire jusqu’à ce que vous réalisiez à quel point elle s’est sentie seule, ce que Rob réalise lorsqu’il la raccompagne dans sa chambre. Des tas de boîtes de pizza abandonnées et de bouteilles de vin sont les seules décorations que porte sa chambre impersonnelle. Sa réticence à réintégrer les bureaux de Pierpoint semble également frôler quelque chose de beaucoup plus profond, et malgré l’insistance d’Eric pour qu’elle visite l’étage de conseil de Pierpoint, elle l’ignore. La relation d’Eric et Harper est fascinante dans la mesure où il semble la considérer comme sa propre protégée / prodige, mais elle est aussi quasi constamment conflictuelle. Il n’hésite pas à la rétrograder de son bureau habituel, ou à la faire intervenir sur un appel très gênant, mais elle reste sa référence pour les grandes réunions.

Eric, bien qu’il ait été réintégré sans impact sur son ego ou son style de gestion, ressent la pression du bureau de New York, eh bien… se mêle des affaires du département CPS de Londres. Tout ne semble pas stable sur ce front, ce qui explique en partie pourquoi il a insisté pour que Harper revienne. Que NY finisse par “subsumer” Londres ou non, tous leurs emplois semblent être à nouveau en jeu, et ce nouveau gars qui est déposé directement au milieu d’eux pour les évaluer apparemment, n’augure rien de bon. Rob, en particulier, est critiqué pour ne pas avoir passé d’appels sortants (pourquoi diable a-t-il choisi ce métier… Je déteste passer des appels aussi, mais vous ne me voyez pas en faire ma carrière !) et fait finalement le plongeon avec Nicole. Cela se passe de manière désastreuse au début, mais alors qu’il commence enfin à être honnête, elle répond plus chaleureusement et il y a peut-être une bonne chance pour Rob. Il n’est pas le seul à essayer de passer de ce qu’il savait à ce qui l’aiderait à survivre, car Yasmin vient de perdre son plus gros client : Maxim. Yasmin n’est plus non plus la personne la plus junior du département des changes, mais malheureusement elle fait immédiatement souffrir Venetia, perpétuant des décennies d’abus, au point de se faire interpeller par ses autres collègues. Sidenote : ce département n’embauche-t-il que des filles aux cheveux bruns super longs ? Yasmin, en général, semble perdue. Prendre de la drogue, se battre avec Harper, coucher avec Maxim, tout cela ressemble à des appels à l’aide. Entrez Celeste, que Yasmin pensait être une escorte mais qui s’avère aussi travailler à Pierpoint ! (Qui ne le fait pas, il est plus sûr de supposer que tous ceux qu’ils rencontrent sont soit un collègue, soit un futur client)

Exemple : Jesse Bloom (Jay Duplass), une sorte de milliardaire “Mr Covid” qui a gagné de l’argent pendant la pandémie, et qui vient de déménager à Londres où son fils va à l’université. Par chance, elle partage à la fois le même hôtel que Harper et son penchant pour les bains de minuit quand personne d’autre n’est dans la piscine. Sous l’impulsion de la pression du bureau de New York, Harper voit rapidement (et à juste titre, bien qu’ils semblent avoir une véritable relation) cela comme une opportunité et abandonne le petit-déjeuner qu’Eric lui avait demandé de venir pour la conférence de Bloom.

Bref, un bon épisode pour se replonger dans les choses, et j’ai hâte de voir où va cette saison ! Qu’avez-vous pensé les gars? Qu’espérez-vous pour la saison 2 ?

Source : https://www.spoilertv.com/2022/08/industry-201-daddy-review.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.