Jon Hamm rejoint la saison 3 du soap opera Apple TV+ – The Hollywood Reporter

Jon Hamm rejoint la saison 3 du soap opera Apple TV+ – The Hollywood Reporter

L’environnement était au cœur de l’événement de présentation des produits d’Apple le 12 septembre, alors que l’entreprise se vantait de différents degrés de neutralité carbone, ainsi que de différents composants fabriqués à partir de matériaux recyclés, y compris le bracelet de la dernière version de l’Apple Watch, qui serait apparemment composé à 82% de fils recyclés. La troisième saison de la célèbre série The Morning Show d’Apple TV+ se rapproche probablement des 90% de fils recyclés, alors que ce soap opera médiatique, rempli de stars, passe d’une position seconde à celle de The Newsroom, avec toute la prétention de l’anticipation, mais sans le dialogue si spécifique à Sorkin, vers une approche fraîche à moitié Network (reconnue) et à moitié Billions (non reconnue). Ce n’était pas l’article que j’avais prévu d’écrire avant la présentation d’Apple. Merci, Tim Cook !

Une nouvelle saison de The Morning Show

Dans cette nouvelle saison de The Morning Show, le recyclage narratif fonctionne plutôt bien. Si l’on se fie au nombre de fois où j’ai grimacé ou roulé des yeux en regardant les épisodes, cette saison pourrait être la meilleure, ou du moins la moins douloureuse, de toutes. Bien sûr, tout est relatif. J’ai dû arrêter de regarder la deuxième saison de The Morning Show après huit épisodes – ne vous inquiétez pas, je me suis rattrapé par la suite – parce que la réhabilitation italienne contaminée par le COVID de Mitch Kessler, et sa martyrisation ultérieure, étaient bien trop malavisées pour être décrites. J’ai regardé les dix épisodes de la troisième saison et je n’ai jamais ressenti le besoin de faire une pause prolongée. Mis à part un épisode – le cinquième, rempli de flashbacks – et une intrigue clé qui en découle, ma colère dirigée contre la série était limitée. Mon opinion fondamentale sur The Morning Show reste la même, à quelques nuances près, que ce soit pour les deux premières saisons : c’est une série qui se veut intelligente mais qui est incapable ou refuse de cesser de faire des choses stupides. Mais peut-être y a-t-il moins de choses stupides cette saison ? Est-ce que cela signifie que les nombreux fans dévoués de la série la trouveront moins divertissante ? Peut-être ! La troisième saison se déroule en mars 2022, et je ne peux pas vous dire le soupir de soulagement que j’ai poussé en voyant que la série n’allait pas donner son avis, plein de prétention rétrospective, sur l’insurrection du 6 janvier 2021. Ha. J’étais bien naïf. Je ne vais pas vous gâcher la surprise en vous révélant les moindres détails sur la situation des personnages, si ce n’est que Alex (Jennifer Aniston) et Bradley (Reese Witherspoon) sont sur une bonne voie professionnellement et que, du moins en apparence, tout va bien chez UBA. Spoiler : tout ne va pas bien chez UBA. Le PDG Cory Ellison (Billy Crudup) est inquiet car l’entreprise est surendettée ou perd de l’argent, ou quelque autre jargon dont on n’est jamais vraiment convaincu que la série le comprend (je ne le comprendrais pas non plus). La crise est liée à l’introduction de la plateforme de streaming UBA+, qui a été brièvement sauvée par le combat contre le COVID et la culture de l’annulation d’Alex à la fin de la saison précédente, mais seulement brièvement. La solution de Cory est de vendre la société à Paul Marks (Jon Hamm), un milliardaire obsédé par l’espace et les accords de non-divulgation, dont le personnage est constitué – encore du recyclage ! – des biographies d’Elon Musk, Jeff Bezos et d’autres. Ce sera une vente ? Une fusion ? Une prise de contrôle hostile ? Restez à l’écoute ! Une grande partie de ce nouveau partenariat sera scellée par la présence d’Alex aux côtés de Paul lors d’un vol suborbital, mais Alex commence à hésiter car elle se sent généralement sous-estimée chez UBA – bien que, étant donné ce que nous avons vu de son appartement insensé et de son style de vie luxueux, il est difficile de s’identifier à elle. Beaucoup des intrigues principales de cette nouvelle saison concernent des femmes chez UBA qui sont réellement sous-estimées. Stella (Greta Lee) en a assez d’être méprisée par Cory. Mia (Karen Pittman) en a assez de donner tant d’elle-même à son travail qu’elle dort littéralement au bureau. Christine (Nicole Beharie), une nouvelle arrivante, ancienne athlète olympique maintenant coincée aux côtés de Yanko (Néstor Carbonell, en ami le plus aimable et le pire que vous connaissiez) au bureau du Morning Show, devient une personne-ressource pour des questions brûlantes liées à la race et à la politique. Beharie, à la fois formidablement candide et trop souvent oubliée ; Pittman en MVP de soutien, traversant une histoire d’amour ridicule avec Clive Standen ; et surtout Lee, ajoutant souvent des notes comiques dont la série a désespérément besoin, sont toutes exceptionnelles et bénéficient de ce niveau de focalisation supplémentaire. Le fait que plusieurs scènes de la saison trois se déroulent dans des lieux présentés dans le succès estival indépendant de Lee, Past Lives, n’est pas une comparaison qui met en valeur The Morning Show, mais au moins quelqu’un de l’équipe créative a reconnu que Lee est une véritable star et lui a donné du matériel. Mais lorsque la série ne défend pas la cause des femmes – en particulier des femmes de couleur – mal utilisées et maltraitées au travail, elle utilise mal beaucoup de ses femmes, en particulier les femmes de couleur. Certes, Witherspoon et Aniston sont les personnages centraux de la série et ont tous deux des drames intenses à jouer, mais ils sont également coincés dans les tropes familiers de The Morning Show. L’intrigue entièrement réactive de Bradley est basée sur un choix inexplicablement stupide inséré dans un événement d’actualité, et Alex continue une tendance dans la série selon laquelle, au cours des trois saisons, personne n’a couché avec qui que ce soit de manière personnelle ou professionnelle appropriée. Cependant, le fil conducteur de la saison est totalement piloté par Cory et Paul, deux anti-héros blancs et masculins qui font des choses familières pour des anti-héros blancs et masculins, sans le dialogue croustillant ou l’intelligence commerciale tangible que Billions apporterait à un affrontement similaire entre titans. Heureusement, Crudup reste l’élément de la série qui, selon moi, est le plus captivant de manière cohérente, même si les scénaristes sont incroyablement inconstants en ce qui concerne s’il doit être un héros ou un méchant. Lorsque Cory est traité comme un sociopathe excentrique, Crudup frôle le génie en interprétant un homme dont le sens de la confiance excessivement autorisé est mis à l’épreuve, peut-être pour la première fois ; comme le Terminator des affaires, il commence à dysfonctionner. Les scènes entre Crudup et la fantastique Lindsay Duncan, dans un caméo d’un épisode en tant que mère de Cory, sont mes préférées de la saison, une joute magique entre deux acteurs formés au théâtre. Et lorsque Crudup joue Cory comme un robot programmé pour être un magnat des médias, Hamm lui oppose bien en tant que robot programmé pour être milliardaire. Il est si froid et précis qu’on ne peut pas comprendre pourquoi quelqu’un ferait confiance à Paul Marks, mais Hamm vous attire dans sa gravité – jeu de mots spatial intentionnel. Lorsque Hamm et Aniston se tournent autour, il y a un glamour et une alchimie d’Hollywood ancien. Ils ressemblent à des stars qui devraient être mises en valeur dans un plan parfaitement éclairé à deux. Et rien dans The Morning Show n’est jamais autre chose que parfaitement éclairé. Cheveux. Mode. Immobilier. Réveils clignotant à 3h30 du matin. Cette série est pleine d’horreurs qui rendent l’horreur terriblement sexy. Ce qui me pousse à continuer à regarder The Morning Show, en dehors de l’intrigue pour savoir quelles co-stars surqualifiées elle gaspillera ensuite (Tig Notaro remporte la troisième saison), c’est que la série est prête à avoir de grandes conversations – ou du moins à parler des grandes conversations que les gens ont eues il y a un an. De la culture de l’annulation à l’annulation de Roe v. Wade, en passant par divers problèmes des médias modernes et l’atroce intrigue liée au 6 janvier, regarder un épisode de The Morning Show, c’est comme passer une heure dans un forum Reddit, mais avec des gens plus beaux. Je ne jugerai pas si vous pensez que cela semble être une bonne chose.

Source : www.hollywoodreporter.com

Avatar photo

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.