Pour toute l’humanité – Tout compris – Critique


Précédemment dans “For All Mankind”: Rejeté par la NASA, Ed Baldwin (Joel Kinnaman) fait équipe avec son ex-femme Karen (Shantel VanSanten) et Helios pour une ambitieuse mission vers Mars en 1994. Cette décision choque tout le monde à la NASA, y compris la directrice du Johnson Space Center Margo Madison (Wrenn Schmidt) et le capitaine de la mission prévue en 1996, Danielle Poole (Krys Marshall). Bien sûr, les employés du gouvernement ont peu de temps pour réfléchir à leurs options car ils participent également à la course avec une autre équipe de l’URSS. Pendant ce temps, la deuxième génération d’explorateurs de l’espace commence à suivre les traces de leurs parents vers la rampe de lancement. Cependant, non seulement la fille d’Ed, Kelly (Cynthy Wu), est clairement mal à l’aise de rejoindre son père dans l’espace, mais le fils de Gordo et Tracy, Danny Stevens (Casey W. Johnson), semble destiné à lutter contre autant de problèmes personnels que son défunt père. Ailleurs, Ellen Wilson (Jodi Balfour) se prépare pour une course à la Maison Blanche.

L’une des parties les plus tristes de “For All Mankind” est de regarder les personnages que nous connaissons et aimons vieillir à l’écran devant nous. Pour les exploratrices de l’espace comme Molly Cobb (Sonya Walger, qui est désormais visiblement absente du générique d’ouverture), c’est la perte inévitable de leurs ailes. Cependant, pour l’équipe au sol et la bureaucratie derrière l’opération, le temps qui passe n’est pas moins décourageant. Prenons par exemple Margo, une femme qui n’a que très peu d’activités en dehors de son temps au bureau et qui a consacré sa vie à une cause qui, si tout se passe comme prévu, lui survivra ainsi qu’à tous ceux qu’elle connaît. C’est pour cette raison qu’il est si tragiquement frustrant de voir Margo s’engager soudainement sur une voie de chagrin et d’embarras. Après des années de rendez-vous calmes et basés sur des recherches, Margo décide enfin de faire passer sa relation avec Sergei Nikulov (Piotr Adamczyk) au niveau supérieur. Malheureusement, juste au moment où elle se familiarise avec cette notion, le KGB se révèle.

Considérant que cette émission présente déjà une relation dysfonctionnelle plutôt ennuyeuse (Danny et Karen), il aurait été assez facile de rejeter purement et simplement ce scénario. Cependant, avec Margo maintenant directement sous la coupe proverbiale du KGB, je suis vraiment curieux de savoir où va cette histoire. Au cours des dernières décennies, Margo a adopté une approche assez noire et blanche des compromis moraux de toute nature. Par exemple, lorsqu’elle a appris que son mentor Wernher von Braun (Colm Feore) développait des fusées pour l’Allemagne nazie avec l’aide consciente de la main-d’œuvre esclave, elle l’a rapidement renvoyé. Maintenant, des décennies plus tard, Margo se retrouve dans une situation très différente, mais qui nécessite également un équilibre dramatique entre progrès scientifique et vérité morale. C’est une décision convaincante pour un personnage qui est par ailleurs resté statique à bien des égards au cours des deux premières saisons.

Bien sûr, Margo n’est pas le seul personnage présenté à un embranchement important sur la route dans cet épisode. C’est également vrai de la jeune génération de l’émission. À ce stade, Aleida Rosales (Coral Peña) travaille à la NASA depuis environ une décennie, où son extrême dévouement au programme a conduit les autres à la considérer comme l’héritière apparente de Margo. Lorsqu’on lui présente une offre extrêmement lucrative pour rejoindre Helios, elle la rejette rapidement. Cette scène fonctionne bien à plusieurs niveaux. D’une part, il est certainement agréable de voir Aleida maintenir sa loyauté face à une alternative aussi indéniablement attrayante, et cette réponse ne devrait vraiment pas surprendre les téléspectateurs de longue date. Cependant, la position de Karen en tant que braconnier de talents est en fait la plus intéressante des deux. Helios semble certainement plus capable que les salles à budget réduit de la NASA, mais certains détails comme leurs stratégies d’embauche antagonistes et la soumission trop facile du PDG d’Helios Dev Ayesa (Edi Gathegi) aux demandes d’Ed peignent l’entreprise sous un jour nettement néfaste. L’avenir du voyage spatial repose presque certainement sur l’efficacité d’une entité privée, mais je ne suis tout simplement pas sûr qu’Helios soit le mieux adapté pour une présence aussi élevée dans les livres d’histoire.

Ailleurs, un peu comme la famille Skywalker dans “Star Wars”, la prochaine ère du voyage spatial est rapidement peuplée de personnes portant les noms de “Baldwin” et “Stevens”. Bien que l’ascendance rebelle de Kelly au voyageur de l’espace soit parfaitement logique, l’inclusion de Danny dans ce rôle semble extraordinairement répétitive. Tout comme son père avant lui, Danny a du mal à rester sur le chemin du droit chemin, abusant de l’alcool et trompant sa femme. Cependant, malgré ses nombreux échecs publics et privés, il est continuellement récompensé. Dans le passé, Ed était toujours là pour renflouer Gordo. Dans cet épisode, Danielle fait de son mieux pour corriger le comportement en mettant temporairement Danny au banc. Cependant, après seulement la moindre lutte, Ed intervient pour sauver la situation. Après que tout soit dit et fait, Danny n’apprend rien, sauf qu’Ed sera toujours là pour le sauver. Compte tenu du parcours actuel de Danny, il semble inévitable que d’autres trébuchements l’attendent. Espérons simplement que les écrivains ont quelque chose de plus intelligent qu’une répétition battement par battement de l’arc de Gordo à l’esprit.

Enfin, il convient de noter la générosité du saut dans le temps de deux ans à la toute fin de l’épisode. Cette décision nous permet de sauter l’intégralité de la campagne d’Ellen en faveur de sa deuxième année à la présidence, et elle accorde également aux dernières minutes de cet épisode une conclusion extrêmement excitante. La semaine prochaine, nous verrons l’exécution d’une course spatiale littérale avec trois concurrents se précipitant à travers le système solaire jusqu’à la ligne d’arrivée. La course spatiale réelle n’était pas aussi dramatique (ou vers Mars), mais c’est, après tout, le genre de contenu passionnant que la télévision fait le mieux.

Note : 8.3/10 — Une conclusion exaltante ne suffit pas tout à fait pour mériter à cet épisode un score supérieur aux deux épisodes précédents. La nature répétitive de la trajectoire actuelle de Danny nuit plus à la série qu’elle ne l’aide, mais il y a aussi beaucoup à aimer ici.

Meilleure citation : “Maintenant, bottons leurs culs.” – La présidente Ellen Wilson

var code auteur=”BR” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2022/06/for-all-mankind-all-in-review.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.