Roush Review: Dans Roadkill, Hugh Laurie regarde une nouvelle maison: 10 Downing St.

Roush Review: Dans Roadkill, Hugh Laurie regarde une nouvelle maison: 10 Downing St.

Dans une partie d’échecs verbale de Politics 101 en Roadkill, l’ambitieux ministre du gouvernement Peter Laurence (MaisonHugh Laurie est sec et ironique) se fait dire: «Tous les premiers ministres sont des palliatifs». Pas exactement ce qu’il veut entendre, jusqu’à ce que la première loi de la politique lui soit expliquée: « Tout homme politique s’attend à être Premier ministre. Sans exception. »

Peter ne fait clairement pas exception, car le quatre parties cynique mais sans inspiration Chef-d’oeuvre le drame est parfaitement clair. En gravissant les échelons, avec un œil sur le prix ultime du 10 Downing Street, Peter se considère comme un «politicien du peuple», une confiance affichée alors que la série commence quand il sort triomphant d’un procès en diffamation que ses supérieurs l’ont exhorté à ne pas poursuivre. « High wire ne le fait pas. Plus comme Houdini », souffle son patron, le Premier ministre conservateur Dawn Ellison (la délicieuse Helen McCrory), qui se hérisse de la façon dont Peter parvient toujours à garder une longueur d’avance sur le tabloïd roadkill.

Le léger suspense généré par le dramaturge David Hare concerne le placard encombré de squelettes personnels et familiaux sans surprise qui menacent de le faire tomber. Maîtresse insatisfaite (WestworldSidse Babett Knudsen)? Vérifier. Épouse fausse mais loyale (Saskia Reeves)? Sûr. Fille terriblement rebelle (Millie Brady) dont la consommation de drogue en public la met en première page? Pourquoi pas.

Même ainsi, il y a quelques détails à régler – un personnel, qui l’attend dans une prison que supervise son ministère de la Justice; un autre financier, impliquant des transactions non officielles avec des Américains aux poches profondes – qui pourrait s’avérer particulièrement dommageable. Pas ça Roadkill fonctionne jamais beaucoup de vapeur narrative, me laissant me demander: est-ce que ce rare Chef-d’oeuvre raté signifie faire écho Succession avec sa partition insistante d’arpèges de piano? Je continuais à souhaiter plus de morsure de ce drame HBO gagnant d’un Emmy, même lorsque l’histoire fait un détour bienvenu dans la satire des médias sombres avec un journaliste obstiné (Personnes normales‘s Sarah Greene) dont la recherche de la vérité est contrecarrée par un rédacteur (Pip Torrens) sous la coupe d’un propriétaire aristocratique qui déclare: «Je déteste le désagrément».

(Crédit: The Forge / Masterpiece)

Laurie, un délice si complice Veep, semble inhabituellement modéré, en particulier lors d’une scène douloureuse dans laquelle sa famille ennuyeuse lui éclaire pour ses nombreuses transgressions. Au travail, il est continuellement éclipsé par le béat et le waspish McCrory, qui se plaît à faire tortiller Peter. S’il semble inévitable qu’il obtienne le dernier mot, ce château de cartes joue une main bien trop familière.

Roadkill, Première série, Dimanche 1 novembre, 9 / 8c, PBS (consultez les listes locales sur pbs.org)

Source