Roush Review: Des femmes puissantes dans un temps impuissant dans le fantastique «  The Nevers  »

Roush Review: Des femmes puissantes dans un temps impuissant dans le fantastique «  The Nevers  »

Un meilleur titre pour Les Nevers, La fantaisie sombre victorienne très originale de HBO pourrait être « The Others ». Ou «The Touched», c’est ainsi que la société des années 1890 considère avec méfiance les femmes – et quelques hommes – qui ont acquis des pouvoirs mystérieux spéciaux après avoir été exposés à une version cosmique inexplicable des pluies acides.

Une allégorie de l’altérité, où le mot «jamais» n’est jamais entendu dans les quatre premiers des six premiers épisodes – une seconde moitié de la saison sera diffusée plus tard – cette série d’autonomisation féminine dans une période répressive a plus d’un peu Buffy contre les vampires dans son ADN. Joss Whedon a créé la série et réalisé les deux premiers épisodes (mais est parti depuis, affirmant son «épuisement» avant que des allégations de comportement abusif ne fassent surface sur les décors des séries précédentes), et doué Buffy la scribe Jane Espenson fait partie des producteurs exécutifs.

La série vivante et chaotique commence à l’aube du 20e siècle, trois ans après que les Touchés aient été touchés, et ces parias utilisent pour toujours leurs pouvoirs pour se battre pour leur droit de survivre – en particulier la fougueuse et imperturbable Amalia True (Outlander‘s formidable Laura Donnelly), une veuve mystérieuse qui voit les éclairs du futur. Elle héberge d’autres de ses semblables dans un vaste orphelinat de Dickens avec l’aide de l’inventeur séduisant Penance Adair (Ann Skelly), dont les engins de type steampunk sauvent souvent la situation.

Naturellement, ces femmes audacieuses et fières sont diabolisées par les autorités, y compris Lord Massen, semblable à Scrooge (Prédicateur‘s Pip Torrens), et ils sont constamment à l’affût du danger, sous la forme de complots conspirateurs et de machinations d’un scientifique classiquement fou (Vrai sang‘s caquetant Denis O’Hare) qui cherche à exploiter leurs dons. Brouiller le récit: une femme tueuse en série merveilleusement nommée Maladie (Amy Manson), qui est soit touchée, soit juste touchée à la tête. Quoi qu’il en soit, elle pourrait donner à Sweeney Todd une course pour son argent dans le département du carnage.

HBO

Dans ce monde somptueux du Grand Guignol, une scène d’opéra n’est pas moins dangereuse que le sex club underground exploité par un toff hédoniste (GrantchesterJames Norton délicieusement débauché) qui veut recruter les Touchés pour son harem. Jamais!

Ou peut-être: pour toujours?

Les Nevers, Première série, dimanche 11 avril, 9 / 8c, HBO

Source