Roush Review: Salut à la nouvelle reine «  Equalizer  »

Roush Review: Salut à la nouvelle reine «  Equalizer  »

Bonjour, Dirty Harriet!

«Maintenant, c’est mon monde», se réjouit Robyn McCall (Reine Latifah, féroce royalement) après avoir abattu trois combattants armés sans transpirer. L’agent de la CIA devenu bon justicier est L’égaliseur 2.0, un rôle qui correspond presque trop parfaitement à la reine.

Reprenant le rôle autrefois occupé sur CBS par Edward Woodward (1985-89) et sur grand écran par Denzel Washington (2014 et 2018), Latifah est cool et calculée, imperturbable même lorsqu’elle est sur l’eau. En proie aux cauchemars du SSPT d’une mission qui a mal tourné – la faute des politiciens lâches, naturellement – Robyn est une équipe de démolition composée d’une seule femme avec un œil sur l’opprimé. Elle est un ange gardien comme une bête.

Il suffit de demander au premier client de Robyn, Jewel (Lorna Courtney), une adolescente serveuse et future étudiante boursière qui est complètement fausse accusée du meurtre dont elle vient d’être témoin, qui exprime le principe de l’émission: «À qui allez-vous quand vous ne pouvez pas aller la police? » Pour cet Equalizer, la mission est personnelle: «Tout le monde joue aux échecs», dit-elle, méprisant un système qui ignore les pions impuissants comme Jewel. «Personne ne pense aux pièces vivantes et respirantes que nous sacrifions en cours de route.»

Le réseau savait ce qu’il faisait en lançant le Égaliseur redémarrez sur les queues de cheval du Super Bowl, une nuit où l’appétit a été aiguisé pour une bataille acharnée, une attitude fanfaronne et une narration simple. Tout le monde dans l’orbite secrète de Robyn, y compris son ancien gestionnaire d’agence devenu consultant en sécurité William Bishop (l’expert Chris Noth), reconnaît qu’elle est la meilleure, une quart-arrière incontournable de la justice qui rate rarement un coup.

Et qui se dispute? Si les regards pouvaient tuer, elle serait une délinquante en série.

«Vous n’êtes pas obligé de me donner un air méchant», ironise son copain hacker Harry (Adam Goldberg). Mel (Liza Lapira), une autre aide hors-la-grille qui est un crack quand il ne s’occupe pas du bar, observe: «Je connais ce look. C’est ton look ‘Je vais faire quelque chose de fou’.  » La seule qui ne succombe pas instantanément au regard d’acier de Robyn est sa fille droite et bratty (Laya DeLeon Hayes). Lui donner le temps.

Barbara Nitke / CBS

Mis à part l’inversion de genre, il n’y a rien de surprenant à propos de ce redémarrage. Ce qui devrait en faire un ajustement confortable les prochains dimanches aux côtés du NCIS retombées. S’ils ne peuvent pas arrêter le crime, personne ne le peut.

L’égaliseur, Première de la série, dimanche 7 février, 10 / 9c, 7 / PT (heure approximative après le Super Bowl), CBS

Source