Roush Review: Une histoire de séduction et de meurtre suspensivement “ serpent ”

Roush Review: Une histoire de séduction et de meurtre suspensivement “ serpent ”

Telle une légende urbaine exotique à la chair bronzée, Charles «Le Serpent» Sobhraj est l’homme international du mystère en tant qu’épouvantail. Grand, sombre et mortellement beau, avec une expression énigmatique aussi immuable que son luxuriant casque de cheveux, la figure centrale du drame captivant en huit parties de Netflix. Le serpent est joué avec une menace silencieuse et aux yeux froids par Tahar Rahim (récemment acclamé pour sa performance dans Le mauritanien).

Cet escroc de la vie réelle a passé une grande partie des années 1970 à attirer de jeunes touristes hippies sans méfiance dans son atelier de fête de Bangkok, où il les droguait et les assassinerait souvent brutalement pour leurs chèques de voyage et leurs passeports. Ces victimes de la contre-culture, les malheureuses Jane et John Does, ont pour la plupart volé sous le radar – tout comme Sobhraj, qui a maintenu un faux front en tant que commerçant de pierres précieuses européen nommé Alain.

Mais après avoir ciblé un couple hollandais avec l’aide de sa complice glamour et allègrement dans le déni, Marie-Andrée «Monique» Leclerc (Victoria‘s stupéfiante Jenna Coleman), leurs meurtres déclenchent une croisade pour la justice organisée par le diplomate inexpérimenté Herman Knippenberg (Billy Howle). Ce Néerlandais sérieux, fumant furieusement comme pour illustrer sa frustration croissante, est aussi déterminé que Les Misérables“ Javert – mais avec une meilleure cause – pour arrêter ce démon séduisant et glissant, si seulement il peut amener ses supérieurs ou les autorités locales à le prendre au sérieux.

Passionnant alors que cela se transforme en moments de suspense hitchcockien, surtout une fois que Knippenberg a enrôlé un groupe hétéroclite d’expatriés amateurs pour essayer de piéger sa cible insaisissable et sujette à l’évasion, Le serpent va et vient parfois trop vertigineusement dans le temps alors qu’il dramatise les crimes impitoyables de Sobhraj. Et les tentatives de le psychanalyser comme un étranger métis qui n’a jamais gagné l’amour de sa mère-dragon se sentent au mieux sans enthousiasme.

Pourtant, vous soutiendrez ceux qui travaillent désespérément pour le piéger et lui faire répondre des nombreuses âmes errantes perdues à jamais.

Mammoth Screen Ltd / Roland Neveu

Le serpent, Première série limitée, vendredi 2 avril, Netflix

Source : https://www.tvinsider.com/992956/the-serpent-netflix-review-matt-roush/

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.