Sydney to the Max va à la racine du voyage des cheveux noirs du personnage principal

Sydney to the Max va à la racine du voyage des cheveux noirs du personnage principal

L’identité raciale n’a jamais été un gros problème Sydney au Max.

Bien sûr, le personnage principal Sydney (Heureux!‘s Ruth Righi) a un père blanc et une mère noire, mais la race n’est jamais abordée dans la série Disney Channel. Ainsi, lorsque le showrunner et les scénaristes derrière la sitcom Tween ont décidé de parcourir le parcours très personnel des cheveux noirs de Sydney dans un prochain épisode intitulé «The Hair Switch Project» (diffusé vendredi à 8h25 / 7h25), il devait se sentir organique.

«Dans la salle des scénaristes, nous voulions vraiment explorer l’identité noire de Sydney», raconte Kourtney Richard, le scribe qui a écrit l’épisode à TVLine. «Elle est biraciale et elle a ce côté noir, mais elle vit avec le côté blanc de sa famille. Nous avons dû trouver comment y entrer.

Mais la mère de Sydney est décédée et sa grand-mère Maya (mixteCarlease Burke) vit à Washington DC Cela signifiait que Richard et sa compagnie devaient créer un personnage et un scénario où Sydney voudrait en savoir plus sur ses vrilles uniques, la texture et la façon dont cela affecte son identité. Jada (La licorne‘s Princess K. Mapp), une camarade de classe noire, partenaire de laboratoire et copine d’étude scientifique, suscite le sujet quand elle demande curieusement à Sydney pourquoi elle flatte toujours ses cheveux, surtout parce que dans un cas, cela l’a rendue en retard.

«J’ai nommé le personnage d’après ma sœur», révèle Richard. «Et Jada est là en grande partie parce que cette conversation ne pouvait venir d’une personne blanche. Le monde de Sydney, de son père et de sa grand-mère à ses amis et béguin, est tout blanc.

«Nous savions que grand-mère Maya n’allait pas voler de DC juste pour poser des questions sur les habitudes capillaires de son petit-enfant», ajoute-t-elle. (Grand-mère Maya finit par lui rendre visite et emmène Sydney chez un styliste noir.) «Cela ne me semblait pas réaliste. Nous avons ajouté un personnage noir qui porte ses cheveux naturels et qui, sans jugement, pose à Sydney une question simple sur le fait de porter ses cheveux dans leur état naturel et d’être «Black Girl Magic Cute».

Parce que la texture des cheveux de Sydney est différente de celle des autres filles noires, les écrivains ont également décidé d’explorer les voyages capillaires de la jeune Alisha (interprétée par Cassidey Fralin) et de grand-mère Maya dans un flash-back des années 1990.

«Mes cheveux ressemblent plus à ceux d’Alisha, donc je peux apprécier son histoire», raconte Richard, ajoutant qu’elle a cessé de se détendre en 8e. «C’est pourquoi il y a une histoire A et une histoire B, qui ont parfaitement fonctionné et nous ont permis d’explorer différentes perspectives, mais qui finissent par entrer dans le thème de la célébration des cheveux noirs.»

Richard félicite également le showrunner Mark Reisman et le réalisateur Morenike Joela Evans, qui ont contribué à donner vie à l’épisode.

«Mark m’a vraiment soutenu sur ce point afin que je puisse prendre les devants et raconter l’histoire de la manière la plus authentique possible», ajoute-t-elle. «Et je n’aurais pas pu rêver d’un meilleur réalisateur que Morenike. En tant que filles noires, nous avons des histoires similaires, et Mark nous a permis de prendre les choses en main, et je l’apprécie. Lorsque des hommes et des femmes blancs d’âge moyen écrivent nos histoires, vous pouvez faire la différence. »

Evans est d’accord et dit que c’est l’une des raisons pour lesquelles elle savait qu’elle devait diriger cette tranche spéciale de Sydney au Max.

«J’ai lu le scénario et je savais que c’était pour moi», dit Evans, mère de deux enfants. «Pouvoir raconter nos histoires m’émeut vraiment. Je suis passionné par la culture noire. C’est vraiment ce qui me motive, et je ne peux pas faire ça tout le temps. J’ai une fille et un fils, et c’est tellement important pour eux et la petite fille en moi.

Sydney au styliste Max Black«J’étais déterminé à faire quelque chose dont je pourrais être fier et quelque chose qui pourrait résonner avec les gens», ajoute Evans. «Bien que ce soit spécifique à Sydney, c’est aussi un voyage universel pour embrasser qui vous êtes vraiment.»

Maintenant que Sydney explore sa culture noire, les téléspectateurs la verront à nouveau, disent Richard et Evans.

«Ce n’est pas un cas unique», dit Evans. «L’intention est que Sydney continue d’examiner son héritage culturel, et elle va bercer de nouvelles coiffures même lorsque les épisodes ne concernent pas les cheveux noirs.»

Source : https://tvline.com/2021/04/25/sydney-to-the-max-season-3-episode-9-black-hair-journey-ruth-righi/