Uncoupled – Saison 1 – Bilan : Gays vs Millennials

Uncoupled – Saison 1 – Bilan : Gays vs Millennials

Cette revue contient des spoilers qui peuvent révéler des points entiers de l’intrigue de la première saison de Découpléalors lisez à vos risques et périls !

A première vue, Découplé semble être un gay Le sexe et la ville, à qui vous pouvez demander “existe-t-il une telle chose?”. La réponse est oui, moins quelques escapades amoureuses.

La nouvelle comédie Netflix, qui a abandonné les huit épisodes de 30 minutes la semaine dernière, est un véhicule fantastique pour Neil Patrick Harris. Tout comme son rôle dans Comment j’ai rencontré votre mère, Michael Lawson de NPH porte des costumes chics, vit à New York et est assez riche. Contrairement à Barney Stinson, Michael est un agent immobilier gay d’âge moyen qui est repoussé dans le bassin de rencontres après le départ de son petit ami de 17 ans, mettant fin à une relation à long terme avec peu ou pas d’explications. L’émission promet de sortir avec des hijinks et des premiers rendez-vous gênants, mais ne tient pas toujours cette promesse (pour le meilleur ou pour le pire); à la place, les créateurs Darren Star (Le sexe et la ville) et Jeffrey Richman (Famille moderne) se concentrent sur le fait d’emmener leurs personnages dans un voyage beaucoup plus dramatique.

Ce n’est pas une mauvaise chose, par tous les moyens. Au contraire, voir un Michael vulnérable et parfois en colère donne à NPH l’occasion de montrer ses talents d’acteur d’une manière qu’il n’a pas faite depuis des années. Alors que des personnages comme Suzanne (Tisha Campbell) et, mon préféré, Claire (Marcia Gay Harden) font rire tout au long de la saison, c’est toujours rafraîchissant et excitant de voir NPH jouer un homme gay à la télévision, un bon changement par rapport à son playboy rôle de coureur de jupons qu’il a précédemment dirigé pendant neuf ans. Alors que Découplé ne va pas tout à fait pour le Grâce et Frankie ambiance, les écrivains se concentrent souvent sur des personnages d’âge moyen existant dans un monde centré sur le millénaire. En tant que millénaire gay moi-même, j’ai trouvé ces intrigues authentiques et indispensables à une époque où les histoires queer sont souvent reléguées aux personnages de la génération Z. Plus s’il vous plait.

Pas ça Découplé se retire complètement des hijinks de datation. Remarquez, il y a des choix de bites, des blagues Grindr, des rendez-vous dans le besoin, des pipes, des presque trios, des trous du cul Botoxing, et plus encore. Tout cela convient parfaitement à une sitcom sur des homosexuels joués par des acteurs queer, mais cela m’a donné envie d’en savoir plus. En ce qui concerne les rendez-vous de Michael, je pourrais probablement en dire autant de la diversité étant donné qu’il est toujours jumelé avec des hommes blancs, mais peut-être qu’avec plus de rencontres et de malheurs, nous aurions été traités un peu plus dans ce domaine. En fin de compte, si la série veut exister pendant plusieurs saisons, je peux certainement la voir embrasser plus d’histoires sur des rendez-vous gênants, quelque chose dans le sens de l’histoire de Luke du “Chapitre 6”, joué par le beau Dan Amboyer, qui s’attache un peu trop à Michael, commence à l’appeler “bébé” en une semaine et emménage presque dans son appartement. C’est une représentation hilarante, bien que légèrement stéréotypée, des “gays bougent vite”, mais exécutée d’une manière qui est sitcom-y de la meilleure façon possible.

Bien que le cadre n’ait rien d’original ou de révolutionnaire, Découplé parvient à donner beaucoup d’amour à New York. Cela rappelle absolument Le sexe et la ville de cette façon, ainsi que dans l’amour de la série pour une distribution d’ensemble. Des personnages comme Stanley (Brooks Ashmanskas) et Billy (Emerson Brooks) n’obtiennent qu’un peu de développement vers la fin de la saison, et c’est toujours agréable de voir André De Shields de Hadesville renommée à l’écran. J’espère qu’il pourra revenir à une certaine capacité si l’émission obtient un renouvellement, et j’espère que Netflix ne supprimera pas encore une autre émission télévisée dirigée par des homosexuels, car celle-ci en particulier mérite définitivement de voir la lumière un peu plus longtemps. Malheureusement pour Netflix, je suis maintenant aussi attaché que Michael à son ex.

Pensées supplémentaires non couplées :

– Beaucoup d’amour à Marcia Gay Harden pour son rôle incroyable, jouant une femme d’âge moyen en deuil suite à un méchant divorce. Je me suis retrouvé à soutenir Claire encore et encore, et j’espère qu’elle reviendra.

– Les deux derniers épisodes suivent certainement une voie inattendue, en particulier l’histoire du cancer du sein de Stanley dans la finale de la saison. Je ne sais pas où cela se passe ensuite, mais je vous soutiens, Stanley.

– Je ne suis pas très content de voir Colin à l’appartement à la fin de la finale, mais j’admets que cela ressemble à un cliffhanger de sitcom classique. Je soupçonne que Michael le reprendra pour un épisode ou deux, puis ils le feront découpler encore une fois, horrible jeu de mots.

– En parlant de cliffhangers, la réaction de Suzanne en voyant qui est son bébé papa m’a pris par surprise. Pas sûr que ce soit un personnage qu’on reconnaîtra (mais dubitatif ?), et pourtant je m’investis pleinement là-dedans.

– Qu’as-tu pensé de Découplé et espérez-vous que le spectacle revienne pour une autre saison? Exprimez vos commentaires et observations ci-dessous !

var code auteur=”CW” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2022/08/uncoupled-season-1-review-gays-vs.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.