Chucky – J’aime être câliné – Critique

Chucky – J’aime être câliné – Critique

La critique suivante contient des spoilers sur l’épisode I Like to Be Hugged de Chucky, vous avez été prévenu. Le troisième épisode de la série Chucky de Don Mancini est une balançoire de hauts violents et de bas sapés. “J’aime être câliné” déchaîne enfin Chucky (Brad Dourif) dans son engouement pour les tueurs en série, mais suscite également des inquiétudes quant à l’utilisation de flashbacks Hackensack des années 1960 qui signifient divulguer l’origine de la soif de sang de Charles Lee Ray. L’intention du récit de mettre en parallèle le mentorat de Chucky de Jake Wheeler (Zackary Arthur) avec la poussée du jeune Charles Lee Ray vers une vie de massacres commence à apparaître comme une faiblesse – peu de choses sont ajoutées dans les allers-retours dans le temps. Ce troisième épisode étend le développement d’arc minimal comme un mastic idiot jusqu’à ce qu’il soit translucide et mince, suggérant qu’une concentration plus étroite sur l’entraînement moderne de Jake serait la décision la plus satisfaisante. Le thème principal de la relation de Chucky et Jake semble être de savoir comment n’importe qui peut devenir un tueur s’il est poussé assez loin. En ce qui concerne Chucky, Jake a été poussé assez loin par Lexy (Alyvia Alyn Lind) et il est temps pour notre adolescente principale de l’arrêter. Franchement, je serais d’accord avec la mort de Lexy.

Cependant, j’ai le sentiment que les scénaristes essaient de lui donner une sorte d’arc de rédemption. Je ne suis pas le plus grand fan des arcs de rédemption car ils sont rarement bien faits. Voyons donc comment l’équipe créative gère Lexy en tant que jeune personnage avec beaucoup de problèmes. “J’aime être serré dans mes bras” montrait la tentative de Jake de tuer Lexy par lui-même (deux fois), même si ses plans n’avaient pas fonctionné. Dans un sens, même si Jake veut la mort de Lexy, il n’a pas le courage de plonger lui-même le couteau. Je veux dire, au moins c’est un certain niveau de « bon » auquel Jake doit s’accrocher, n’est-ce pas ? Il a cependant mis la vie de Lexy en danger en laissant la sœur cadette de Lexy, Caroline, prendre Chucky. Soupir! Dourif se lance dans des monologues parallèles aux premières expériences sexuelles maladroites et au meurtre de votre première victime, ce qui est un gag thématique intelligent compte tenu de la façon dont Jake devient également plus timide et coquette autour d’un Devon plus intéressé (Bjorgvin Arnarson). La narration de Chucky sur la façon dont la première fois d’un tueur est spéciale et l’intimité d’apprendre à connaître votre cible recouvre l’incompétence de Jake lorsqu’il traque Lexy, alors qu’il prévoit de lui faire payer pour son horrible farce de costume d’Halloween de l’épisode précédent. Il n’y a rien de nouveau sur la cruauté de Lexy – bien que l’insistance de Junior (Teo Briones) pour que sa petite amie Lexy s’excuse auprès de Jake soit une surprise.

Ailleurs, les personnages secondaires commencent à flairer l’innocence de Jake. Le détective Evans (Rachelle Casseus) – la mère de Devon – écoute Devon écouter une conversation enregistrée avec Jake et ne parvient pas à interroger avec succès la professeure de sciences de Jake, Miss Fairchild (Annie Briggs), qui ne veut pas s’engager. C’est parce que Miss Fairchild a ses propres plans pour exposer les tourments insipides de Lexy aux tuteurs de Jake et de Lexy, dans l’espoir que les adultes matures puissent communiquer avec leurs enfants en conflit. Ce ne sont que des moments épars qui n’existent que pour promettre plus d’obstacles au retrait ultérieur de Chucky, car je suis sûr que le détective Evans fouinera trop près du domaine Wheeler et découvrira la culpabilité de Chucky après qu’il soit trop tard.

Jake est un gâchis émotionnel et je suis là pour ça. Il n’est pas votre protagoniste à l’emporte-pièce. Et j’apprécie ça. Je pense que l’équipe créative fait un travail agréable en explorant les ténèbres à l’intérieur de Jake et comment il doit comprendre pour garder ces ténèbres à distance. J’ai beaucoup aimé la scène où il s’est excusé pour ses actions devant la tombe de sa mère. C’est encore un gamin, après tout. Il y a des gens, comme le professeur de sciences de Devon et Jake, Mme Fairchild, qui veulent l’aider. Mais Jake doit les autoriser à entrer. Cela dit, Jake laissera les gens l’aider va très probablement ennuyer Chucky et les mettre en danger. Chucky veut Jake pour lui tout seul pour une raison étrange. Je ne sais toujours pas quelle est la fin de partie de Chucky pour Jake.

À un moment charnière, Lexy s’approche de Jake avec des excuses qui s’avèrent être une tentative égoïste d’échanger ses mots aimables contre Jake pour sa poupée Chucky que Caroline (Carina Battrick) désire désespérément. Il y a une lueur d’humanité dans l’aveu de Lexy qu’elle répond à l’embarras en blessant les autres, ce qui s’estompe rapidement lorsque Jake – toujours dans le garage des Wheelers à tester des outils de jardinage comme armes du crime possibles – refuse de remettre Chucky. Non seulement cela, mais il éprouve une anxiété de performance, selon la définition de Chucky, et ne peut pas conduire une lame d’acier à travers Lexy quand il l’a seule. Pas la peine, Chucky prend le volant et dit généreusement qu’il résoudra le problème de Lexy de Jake en se cachant derrière l’innocence de Caroline.

Une fois que “I Like to be Hugged” passe au manoir Cross où Lexy lance une rave silencieuse alors que ses camarades de classe portent des écouteurs antibruit et qu’ils dansent tous sur la même liste de lecture, Chucky revient à la solidité slasher. Ce sont les petites blagues comme le dialogue de Dourif alors qu’il marmonne, « douillet comme un putain d’insecte » après que Chucky se soit glissé à côté de Caroline et qu’il ait dû se frayer un chemin hors des couvertures bien serrées. Ensuite, Chucky est libéré pour errer librement alors que les marionnettistes et les acteurs traquent les personnages à l’insu de personne pendant que la musique retentit, qu’il s’agisse d’un adolescent qui se fait poignarder encore et encore ou d’une tentative d’étranglement sur Lexy alors que les chaussons de Chucky donnent un coup de pied comme s’il nageait et Alyvia Alyn Lind doit faire semblant de Good Guy sur son dos est vivant. Ce sont les moments qui brillent alors qu’un Chucky enragé voit un camion de pompiers rouge et des victimes crier d’horreur tandis que le caquet de Dourif étouffe les cris de la proie sans défense de son emblématique slasher.

Les réalisations que “J’aime être câliné” vise à juxtaposer sont les incapacités de Jake qui prouvent qu’il n’est pas un mutilateur contre la rapidité de Charles Lee Ray à massacrer de sang-froid. Jake est montré en train de sangloter tristement sur la tombe de sa mère et de son père lorsque les sirènes des véhicules d’urgence suggèrent que Chucky a tué Lexy – le visage de bébé Charles Lee Ray est montré couvert de sang avant même qu’il ne devrait manipuler des objets tranchants. Le problème, c’est qu’il y a beaucoup plus d’intrigues dans la relation de Jake et Chucky que Charles et le fou qui a poignardé le père du garçon à mort. Charles Lee Ray est un psychopathe depuis Child’s Play, et c’est tout ce que nous montrons également dans le matériel de la trame de fond. Peut-être qu’un épisode entier consacré à l’adolescent Charles Lee Ray pourrait explorer la maturation du diable du New Jersey vers la méchanceté. Pourtant, cela ressemble à un léger ajout en montrant aux téléspectateurs une origine qui est précisément aussi insensible que prévu. Quant à Chucky étant remis à Caroline afin qu’il puisse se rapprocher de Lexy, Chucky a décidé de l’assassiner lors d’une fête à la maison. L’épisode comportait un bon nombre de scènes amplifiant la tension alors que Chucky se rapprochait de Lexy uniquement pour qu’il se cache ou agisse comme une poupée non possédée parce que quelqu’un d’autre est entré dans la pièce.

La scène de la mort dans l’épisode 3 mettait en vedette Chucky tuant Oliver (Avery Esteves). Voir Chucky attaquer un petit adolescent a frappé différemment par rapport à quand il s’en est pris aux adultes. Personne n’a pu entendre les cris d’Oliver alors que Chucky continuait de le poignarder. C’était une scène bien faite à mon avis. Chucky a de nouveau poursuivi Lexy et a fini par incendier la maison. Pour l’instant, la mère de Devon semble être la seule à s’inquiéter de ce qui se passe à Hackensack. Dans son esprit, les morts aléatoires sont en quelque sorte liées à Jake. Elle s’inquiète de la mort d’un étudiant et la mort d’Oliver la rendra probablement encore plus suspecte Jake. Le fait qu’elle se méfie de Jake la met en désaccord avec Devon (qui veut prouver que Jake ne ferait de mal à personne). Je pense que leur désaccord ne fera que s’intensifier au fur et à mesure que la série progressera.

Quelques autres réflexions et grandes questions :

Il se passe définitivement quelque chose avec la tante de Jake. Je ne sais pas si elle a une liaison, ce qui est la chose la plus prévisible. Mais quelque chose ne va pas.

J’aimais voir Junior tenir tête à Lexy et lui dire de s’excuser auprès de Jake. Cependant, je ne sais toujours pas pourquoi Junior l’aime, alors qu’elle est manifestement une mauvaise nouvelle.

L’épisode ne montrant pas les conséquences de l’incendie de la maison de Lexy, je doute fortement que Chucky ait pu tuer Lexy. Comme je l’ai déjà mentionné, je pense que les scénaristes vont essayer de la racheter d’une manière ou d’une autre.

Je lorgne un peu Mme Fairchild. Je comprends qu’elle veut aider Jake à gérer la situation de harcèlement à l’école. Mais je suis incapable de lui faire entièrement confiance pour une raison quelconque.

Qu’avez-vous pensé de « J’aime être câliné » ?

Source : https://www.spoilertv.com/2021/11/chucky-i-like-to-be-hugged-review.html