Ghosts – Podcast de l’Alberta – Critique : Ne soyez pas un rat

Ghosts – Podcast de l’Alberta – Critique : Ne soyez pas un rat

Des fantômes nous donne ce que nous attendions tous : plus d’Alberta. Quelques secondes après le teaser de l’épisode, qui s’ouvre sur un flash-back des années 1920 avec l’Alberta prenant la scène après qu’une certaine Clara n’a pas pu venir, le spectacle met immédiatement le, ahem, organiser: c’est un épisode centré sur l’Alberta, et donc un gagnant dans mon livre bien avant que la marque des 20 minutes n’atteigne.

Comme Pete a peut-être aidé ou non à le suggérer, Sam décide de lancer l’idée d’un podcast dédié à la vie de l’Alberta. D’une part, c’est forcément plein de hijinks et de zingers qui éclatent de rire (spoiler : c’était le cas) ; d’un autre côté, c’est une façon intelligente pour le spectacle de se plonger dans la trame de fond de l’Alberta sans qu’elle se sente forcée ou alambiquée. Ceci, bien sûr, conduit au retour de Todd, le gars de la première saison qui vit dans le sous-sol de sa mère et possède un musée Alberta Haynes, un favori des fans, ainsi qu’un tatouage géant de l’Alberta et peut-être l’un de ses ongles, mais qui compte? Ramener Todd est une surprise, mais ravissante car elle entraîne plusieurs réactions hilarantes de la part de l’ensemble des personnages. Laisse aux fantômes le soin de se moquer des vivants.

Il y a plusieurs couches qui expliquent pourquoi c’est l’une de mes intrigues préférées que cette émission a encore produites, mais l’une d’entre elles est certainement le fait qu’elle donne à Danielle Pinnock plusieurs moments exceptionnels. De son incroyable chant qui donne des frissons à sa vulnérabilité déchirante, Pinnock transforme l’Alberta en un personnage pleinement “vivant” en l’espace d’une vingtaine de minutes. Son grand secret étant qu’elle a dénoncé quelqu’un d’autre (Clara) et est ainsi devenue la L’Alberta témoigne de la beauté de son personnage, et la façon dont Sam, Pete et Sasappis l’élèvent est touchante d’une manière que seules quelques comédies d’ensemble peuvent réussir. De plus, cette fin fabuleuse avec le podcast de Sam et Todd révélant potentiellement que Clara pourrait être suspectée dans le meurtre d’Alberta étant donné qu’elle était au manoir la nuit de sa mort est une lettre d’amour hilarante aux podcasts sur le vrai crime et une façon géniale de garder le ” qui a tué Alberta?” arc en mouvement.

Comme si Podcast de l’Alberta ne pouvait pas faire mieux, les écrivains ramènent à la maison plusieurs messages puissants cette semaine. Alors que l’intrigue secondaire de l’Alberta porte sur l’image corporelle et les normes corporelles injustes de la société, Hetty a un arc tout aussi convaincant sur le plaisir féminin. Lorsque Flower l’aide à découvrir que s’asseoir sur une machine à laver en marche excite sexuellement Hetty, Hetty est horrifiée et pense qu’elle a « succombé à ses démons ». C’est une intrigue secondaire amusante et idiote au début, rendue encore plus hilarante par la performance extraordinaire de Rebecca Wisocky (je suis peut-être obsédée par son accent), mais la série va un peu plus loin lorsque Flower assied Hetty pour lui dire que c’est son corps et elle seule en est responsable (vous entendez ça, l’Amérique ?). Un message opportun et joliment mis, Des fantômes offre quelque chose de vraiment charmant, et je peux ressembler à un disque rayé, mais combien de fois pouvez-vous dire cela à propos d’une petite sitcom idiote à caméra unique mettant en vedette un groupe de fantômes?

C’est tellement rafraîchissant pour une émission télévisée de transformer un personnage comme Alberta, qui a beaucoup de personnalité, en plus qu’une simple caricature. La confiance en soi et la résilience d’elle et de Hetty ne sont jamais remises en question ou résolues par les hommes, et c’est ce genre de choses qui Des fantômes continue de si bien s’équilibrer. S’ils continuent à délivrer des messages puissants et importants avec des rires pleins d’esprit et des performances incroyables, alors nous sommes vraiment dans une saison paradisiaque.

Délices effrayants du B&B :

– “Un podcast est comme une émission de télévision, mais sans les images.”
– “Bébé, ça s’appelle la radio. Ce que tu décris, c’est la radio.”

– “Le fait est qu’il n’y a rien de plus bas qu’un rat.”
– “Qu’en est-il de la marche des rats au sol? Oui! Thor gagne le combat mental.”

– “De mon temps, la machine à laver n’émettait jamais un bip. En fait, je ne suis pas sûr d’avoir jamais entendu Helen dire quoi que ce soit.”

– “Non Todd, pas de module.”

– “Je pense écrire d’autres choses.”
– “Manifestes, notes de rançon…”

– “Juste pour que tu saches, Pete est d’accord avec moi.”
– “Fille…”
– “Je t’ai oublié [Alberta] pouvait le voir.”

– “Écoute, avoir honte du plaisir féminin n’était qu’un truc de BS que les hommes ont imaginé pour contrôler les femmes. Il n’y a rien de mal à se sentir bien, Hetty. Et tu n’as pas besoin de la permission d’un homme.”
– “Mais nous avons encore besoin d’hommes pour concevoir et fabriquer les machines à laver.”
– “Non, les femmes aussi peuvent faire ça.”
– “Cieux à Betsy. Oh, quel temps pour être en vie!”

– “Tu es en train de dire que je suis la femelle Momoa ?”
var code auteur=”CW” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2022/10/ghosts-albertas-podcast-review-dont-be.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.