La roue du temps – Épisodes 1-3 – Critique

La roue du temps – Épisodes 1-3 – Critique

La roue du temps est la prochaine grande adaptation fantastique sur nos écrans, cette fois originaire d’Amazon Prime. Il s’agit d’une adaptation de l’énorme série de 14 livres de Robert Jordan (plus un roman précédent et deux livres d’accompagnement) et a déjà été renouvelée pour une deuxième saison.

Je veux juste que la mention de Game of Thrones soit écartée plus tôt pour ne plus jamais avoir à en parler. Les critiques sur Internet ont impitoyablement comparé les deux – et toujours, semble-t-il, au détriment de La Roue du temps. Le Guardian l’appelle même Game of Thrones de Jeff Bezos. Maintenant, je n’ai jamais eu le battage médiatique autour de Game of Thrones, l’ayant abandonné au début de la cinquième saison, alors quand tous ces critiques abordent la question de savoir si Wheel of Time est le prochain Game of Thrones, ma réponse est non parce que c’est meilleur. Et Dieu merci car le monde n’a pas besoin d’un autre Game of Thrones.

Quoi qu’il en soit, avec cette affaire à l’écart, place à l’émission elle-même !

Le spectacle commence par une exposition sur le Dragon, un homme qui est devenu fou et a provoqué la rupture du monde. Maintenant, cet homme est réincarné et Moiraine (joué par la toujours énigmatique Rosamund Pike), un membre de l’Aes Sedai composé de femmes qui canalisent la magie, part à la recherche du Dragon Reborn, bien qu’elle ne sache pas qui ils sont ni où aller.

Aux côtés de son gardien, Lan Mandragoran (Daniel Henney), sa recherche l’emmène dans une petite ville de montagne connue sous le nom de Two Rivers. Ici, nous sommes présentés au reste de la distribution principale que nous suivrons tout au long de cette série, tous soupçonnés par Moiraine d’être le Dragon Reborn. Rand al’Thor (Josha Stradowski) est le garçon de ferme fantastique par excellence qui est jusqu’à présent le moins fascinant de la distribution principale, ce qui est une façon élégante de dire qu’il est un peu ennuyeux. Il rêve d’une vie normale et heureuse et il est horriblement malade d’amour pour Egwene al’Vere (Madeleine Madden) qui vient d’accomplir un rite de féminité aux mains du village Wisdom Nynaeve al’Meara (Zoe Robins).

Le reste de la jeune distribution est complété par Perrin Aybara (Marcus Rutherford) et Mat Cauthon (Barney Harris). Ces deux-là ont reçu des histoires différentes de ce qu’ils ont dans les livres, je suppose dans le but d’en faire plus que les deux meilleurs amis de Rand, vu que c’est ce à quoi ils s’élevaient principalement dans le premier livre de la série. En raison du vieillissement des personnages, Perrin s’est vu confier une femme qui se refroidit à la fin du pilote pour vraiment lui donner de quoi l’angoisser pour les sept prochains épisodes. C’est compréhensible dans une certaine mesure pourquoi ils l’ont fait, comme un moyen de donner à son personnage introspectif une force extérieure immédiate mais une épouse réfrigérée? Dans une émission censée défendre les femmes et l’importance de leurs rôles dans ce monde ? Probablement pas le choix le plus intelligent.

Mat Cauthon, quant à lui, a eu des antécédents familiaux assez tragiques avec un couple de parents négligents, la mère l’ignorant fondamentalement, l’accusant de finir comme son père gaspilleur de l’espace. Cela a presque du sens, car il semble être un joueur et un voleur assez sans direction, mais il semble également avoir fondamentalement élevé ses petites sœurs et il se consacre entièrement à les aimer, à les protéger et à améliorer leur vie. Barney Harris fait un tour impressionnant dans ces trois premiers épisodes en encapsulant Mat dans toute sa splendeur complexe, faisant des choses merveilleuses avec juste son langage corporel et ses yeux. C’est une tragédie qu’il ait été remplacé par Donal Finn à partir de la deuxième saison, donc je suppose que nous devrons simplement profiter de l’interprétation de Harris et espérer que Finn pourra relever le défi lancé par son prédécesseur.

Le premier épisode concerne principalement la mise en place des relations et de la dynamique entre Rand, Egwene, Nynaeve, Mat et Perrin dans le contexte de Bel Tyne, un festival que Two Rivers célèbre chaque année. Hélas, les festivités sont interrompues par l’arrivée des Trollocs, des êtres monstrueux qui ressemblent un peu à des minotaures. Ils déchirent tout le village, au cours duquel Perrin tue accidentellement sa femme et Nynaeve est traîné par l’un des Trollocs après un cri de fureur particulièrement dur alors qu’elle tentait de l’assassiner avec un joli petit couteau, la cimentant comme une de mes préférées. aux côtés de Mat. Moiraine les informe alors que l’un d’eux est le Dragon Reborn qui est le seul à avoir le pouvoir de vaincre le Dark One qui se réveille lentement.

Le deuxième épisode suit le groupe alors qu’il travaille sans relâche pour rester en tête de l’armée de Trollocs qui les poursuit, dirigé par un Fade sérieusement effrayant avec une dentition très inquiétante. Il y a quelques séquences emblématiques du livre dans cet épisode, dont Taren Ferry et Shadar Logoth. Il y a aussi un développement de personnage intéressant dans cet épisode. Egwene apprend de Moiraine qu’elle a le potentiel de canaliser la magie, Perrin se fait lécher par un loup et Rand fait un rêve très dérangeant à propos d’une chauve-souris coincée dans sa gorge, un rappel d’une scène du livre qui met en scène des rats morts. On apprend que tous les candidats potentiels au Dragon Reborn ont fait ce rêve avec Perrin mentionnant également un homme avec des braises pour les yeux. Cela concerne beaucoup Moiraine et les avertit que les rêves ont du pouvoir.

Ils continuent leur voyage vers la Tour Blanche à travers Shadar Logoth. Ils prennent le temps de se reposer, bercés d’un faux sentiment de sécurité. Mat donne à Perrin un poignard fabriqué par sa femme dans une scène touchante et sincère, puis va se procurer un nouveau poignard, ignorant complètement les avertissements de Lan de ne rien toucher. C’est un moment assez reconnaissable pour les fans de livres malgré quelques changements par rapport au matériel source, même si je pense que l’interprétation a plutôt bien fonctionné. Cette substance noire effrayante était convenablement terrifiante après l’avoir vue réduire un cheval en cendres dans un moment viscéral. Nos héros itinérants se retrouvent bientôt séparés. Egwene et Perrin sautent des remparts dans la rivière, Rand et Mat s’échappent par une grille cassée dans le mur et Lan et Moiraine partent à cheval, finalement confrontés à Nynaeve qui se révèle être toujours en vie.

Le troisième épisode se divise pour présenter le parcours individuel de chaque groupe. Egwene et Perrin obtiennent le bout du bâton en termes de temps d’écran, ne faisant rien d’autre que d’être gardés par des loups et de se heurter à un groupe errant connu sous le nom de Tuatha’an, ou Tinkers. Il est plutôt touchant qu’Egwene et Rand finissent tous les deux par se diriger vers la Tour Blanche parce qu’ils croient que c’est là que l’autre ira. Cependant, leur histoire d’amour ressemble plus à une rupture où deux personnes s’accrochent à quelque chose qui est parti depuis longtemps, mais c’est quand même doux.

Rand et Mat se retrouvent quant à eux dans une ville minière où ils rencontrent le barman Dana et Thom Merrilin qui sont instantanément devenus l’un de mes personnages préférés juste à cause de sa voix chantante. Je pourrais l’écouter pendant des heures. Il est l’incarnation même du voyou bourru et mondain et ses scènes m’ont à peu près volé l’épisode. Espérons que les futurs épisodes s’appuient sur la dynamique entre lui et Mat, car les scènes qu’ils ont partagées sur le corps de l’Aiel étaient un excellent moyen de fournir plus de connaissances sur le monde et de nous donner un aperçu des personnages de Thom et Mat.

Rand passe son temps à se lier avec Dana qui se révèle être un Darkfriend qui veut amener Rand et Mat au Ténébreux. J’admets sa conviction sur la façon dont le Ténébreux veut que le Dragon sauve le monde m’a presque fait croire en leur cause. Il a été livré si sérieusement et avec une telle passion qu’elle ne semblait vraiment pas du tout une mauvaise personne, ce qui était un excellent moyen d’ajouter de la profondeur et de l’humanité aux forces du mal contre lesquelles nos héros se battent. Elle finit par être tuée par Thom qui fait de son mieux pour paraphraser Terminator en disant essentiellement à Rand et Mat de venir avec lui s’ils veulent vivre.

Pendant ce temps, Lan et Nynaeve se livrent à des combats verbaux et physiques alors qu’elle accepte à contrecœur d’aider Moiraine qui passe la majeure partie de l’épisode inconsciente. Je suis à peu près sûr que s’ils avaient marqué tous les deux, Nynaeve serait arrivé en tête. Après que Moiraine ait repris une forme de conscience, ils retournent sur la route où ils rencontrent les Ajah rouges qui ont été vus pour la dernière fois en train de traquer un canalisateur masculin du saidin au début de l’épisode pilote. Ils ont appréhendé quelqu’un prétendant être le Dragon Reborn, c’est là que l’épisode se termine. La barre d’informations sur les rayons X sur Amazon Prime révèle qu’il s’agit de Logain Ablar, ce qui est une nouvelle passionnante pour les lecteurs de livres et une nouvelle mystérieuse pour les nouveaux venus dans le monde. Quoi qu’il en soit, le spectacle se prépare pour des moments passionnants à venir.

J’ai été convenablement impressionné par ces premiers épisodes. J’avais lu diverses critiques préalables les jours précédant la première et les opinions avaient été moins que stellaires, donc j’anticipais quelque chose que je n’apprécierais pas. Certes, le monde est en surface le fantasme médiéval générique d’un jeune héros sans méfiance vivant dans une ferme au milieu de nulle part et suit de nombreux archétypes fantastiques classiques de méchants monstrueux juste pour qu’il y ait un décompte des corps qui ne rend pas les gens mal à l’aise pour une mystérieuse présence maléfique à l’emporte-pièce.

Le paysage est cependant d’une beauté à couper le souffle et beaucoup d’efforts ont été déployés pour diversifier le casting. Dans l’épisode 3, Dana fait un commentaire jetable sur la relation de Rand et Mat qui aide à normaliser la perspective des relations LGBT dans le monde et cela est encore amélioré par la réponse assez sauvage de Rand livrée avec toute la qualité des yeux de biche d’un agneau nouveau-né. Il ne semble certainement pas très compétent pour le moment, mais j’espère qu’au fur et à mesure que la série avance, il deviendra plus magnétique en tant que personnage ou il risque d’être laissé pour compte.

Dans l’ensemble, cette émission a fait beaucoup pour éradiquer cette démangeaison fantastique qui est la mienne. Il y a eu quelques changements par rapport au matériel source, mais je pense que cela fonctionne principalement dans l’intérêt de la série et j’ai hâte de voir où ils vont aller.

Qu’avez-vous pensé des trois premiers épisodes de Wheel of Time ? Êtes-vous des lecteurs de livres? Si non, envisagez-vous d’en acheter une copie maintenant ? Sonnez dans les commentaires ci-dessous!

var codeauteur= »CC » ;

Source