L’incroyable hôte de course Phil Keoghan parle du «  plus gros obstacle  » de la saison 32, pourquoi le spectacle n’a pas besoin de gadgets Twisty

L’incroyable hôte de course Phil Keoghan parle du «  plus gros obstacle  » de la saison 32, pourquoi le spectacle n’a pas besoin de gadgets Twisty

Cela fait 16 mois que Colin Guinn et Christie Woods ont été couronnés vainqueurs du dernier Course incroyable, mais l’attente du prochain relais de globe-trotter est enfin plus de.

Le mercredi 14 octobre (à 9 / 8c sur CBS), l’hôte Phil Keoghan inaugure un tout nouveau circuit, alors que 11 duos frais décollent du légendaire Hollywood Bowl de Los Angeles en route vers une course passionnante autour du monde. Et si le plaisir d’explorer le monde avec un être cher ne suffit pas, le prix d’un million de dollars devrait certainement les motiver!

Parmi ceux qui tentent de gagner ce chèque de paie, il y a les anciennes stars de la NFL DeAngelo Williams et Gary Barnidge, les olympiens Kellie Wells-Brinkley et LaVonne Idlette, et les joueurs de volleyball professionnels Riley et Maddison McKibbin. (Consultez la liste complète des équipes ici.)

Avant le coup d’envoi de la première, nous avons parlé à Keoghan des défis qui attendent les coureurs, de la beauté de regarder le Course pendant une pandémie et ce qu’il croit être «au cœur de ce Course est à propos. »

TVLINE | Félicitations pour avoir parcouru un million de kilomètres dans le monde. Quelle étape importante!
J’essayais de le mettre en perspective, alors j’ai cherché sur Google et j’ai vu qu’aller sur la lune était de 230-quelque chose-mille miles. Donc c’est comme aller sur la lune et revenir deux fois!

Les millions de kilomètres parcourus pendant que nous survolions l’Amazonie au milieu de la nuit, et pour être honnête avec vous, il n’y a pas eu de célébration officielle parce que nous étions tous si fatigués. Ce n’est que depuis notre retour que nous avons mis le tout en perspective et réalisé, wow, ce spectacle dure depuis si longtemps! C’est incroyable.

TVLINE | Cette saison débute à un moment tout à fait unique. Peu de gens voyagent du tout, et encore moins quittent le pays. Avez-vous réfléchi au fait que les téléspectateurs vivront par procuration à travers le Course cette saison?
Je pense que vous frappez le clou sur la tête. Je n’ai pas pris l’avion depuis que nous avons été renvoyés chez nous après le tournage La course fantastique 33. C’est le plus long que je connaisse au même endroit de toute ma carrière. Mais ce n’est pas seulement moi bien sûr, le monde entier est fermé. C’est une occasion pour nous de donner aux gens la possibilité de parcourir le monde par procuration. Les gens peuvent s’asseoir dans une chaise confortable dans la sécurité de leur maison et s’envoler, en regardant un moment avant le COVID. Nous espérons que c’est une véritable évasion pour nos fans.

TVLINE | Qu’est-ce que les coureurs ont devant eux dans le premier épisode?
Le début de cette saison est extrêmement difficile. Nous avons quitté LA, nous nous sommes envolés pour Trinidad, puis nous sommes descendus de l’avion, les équipes sont en plein dans les défis ce soir-là. Ensuite, nous nous dirigeons vers Tobago, une magnifique petite île qui ressemble à une île sœur de Trinidad. De là, nous nous dirigeons vers l’Amérique du Sud, et c’est là que nous pénétrons au cœur de l’Amazonie, où il y a encore des tribus indigènes vivant le long des rives du fleuve, vivant de la terre.

Je suis vraiment ravi que nous arrivions dans les Caraïbes. J’ai grandi à Antigua pendant huit ans quand j’étais enfant. J’adore la culture caribéenne. J’adore les tambours en acier, le cricket, les plages, les gens, la nourriture. En particulier, comme à Trinidad, la nourriture a un tel mélange de culture, d’influence indienne, sud-américaine et africaine, donc c’est vraiment un merveilleux melting-pot.

TVLINE | Y a-t-il eu un pays ou un barrage routier en particulier qui s’est avéré le plus difficile cette saison?
Le plus gros obstacle est simplement de faire face aux changements extrêmes [the contestants] face à tous les jours parce qu’ils ne savent pas où ils vont ou ce qu’ils font. Lorsque vous passez d’une île tropicale au milieu d’une jungle à un pays glacial comme le Kazakhstan en hiver, le défi n’est que les extrêmes. Ils passent littéralement du four au congélateur en 24 heures, avec un décalage horaire. Douze spectacles en 24 jours font des choses étranges à l’esprit et c’est vraiment l’expérience complètement opposée d’un spectacle sur scène se déroulant quelque part dans un studio. Ce que nous faisons réellement à nos concurrents, c’est les pousser aux limites absolues.

Nous avons quelques athlètes professionnels, mais ce n’est pas un ticket pour gagner cette course. Ce n’est pas parce que vous êtes hyper-compétitif comme Jerry, qui a joué en NBA et qui a l’habitude de concourir à un très haut niveau, que cela ne vous qualifie pas automatiquement pour accéder à la finale 3 ou gagner cette course.

TVLINE | La saison 31 nous a présenté le vote à demi-tour. Y aura-t-il de nouveaux rebondissements dans le jeu cette saison?
Nous sommes fiers de mettre de la diversité dans notre émission. Nous voulons voir toutes les couleurs de peau, tous les milieux différents, différentes préférences sexuelles, des gens qui sont amoureux, des frères et sœurs, des relations père-fils… c’est vraiment la clé de ce qui fait que ce spectacle fonctionne. Ajouter des rebondissements est une chose, mais finalement, le spectacle fonctionne grâce à de nouveaux endroits et à des gens incroyables. C’est ce qui sépare une saison d’une autre. Nous n’avons pas à sauter le requin parce que nous avons tout ce dont nous avons besoin pour le rendre nouveau et différent. Nous pourrions ajouter toutes sortes de folies à la série, mais finalement, je ne pense pas que ce soit ce pour quoi les fans se présentent. Des gens incroyables, allant dans des endroits incroyables, faisant des choses incroyables. C’est le cœur de quoi Course est à propos.

TVLINE | Jour 1, sur le tapis de départ, quelles équipes pensez-vous être celles à surveiller?
Il y a un groupe d’entre nous en production qui fait un petit pari de 1 $. Nous jetons tous un dollar dans un chapeau, et aucun de nous n’a jamais eu raison à 100%, ce qui, je pense, témoigne du fait qu’il y a tellement de variables dans la série. Mais pour moi, quand je regarde le casting devant moi, je regarde la dynamique que je veux regarder. Cela signifie que je veux qu’ils restent parce que je veux voir cette relation se développer et voir ce qui lui arrive. La seule relation que j’avais le plus envie de regarder était Jerry et Frank, le père et le fils, parce que j’ai une relation très forte avec mon père. Ils ont des choses à régler. Pour Frank, il avait l’impression qu’il ne pourrait jamais être à la hauteur des attentes de son père. Il est très performant, alors il lutte pour l’attention de son père comme le font la plupart des fils.

J’ai aussi une relation étroite avec ma sœur, alors j’aime Aparna et Eswar. J’adore cette dynamique où l’on assume davantage un rôle de leadership. Mais parfois, cela peut activer le Course.

Quand vous regardez Kaylynn et Haley – qui ont vraiment traversé l’école des coups durs et, en tant qu’adolescentes, ont vraiment eu du mal à être super indépendantes à un très jeune âge – vous pensez peut-être: «Deux belles jeunes femmes, comment pourraient-elles être? À quel point sont-ils avisés? » Vous ne voulez jamais juger un livre par sa couverture dans la vie, et cela, pour moi, parle de quoi La course fantastique est tout au sujet.

Ensuite, vous regardez Michelle et Victoria. Ils sont très épicés, en particulier Michelle qui dit ce qu’elle pense et ne se retient pas. J’adore les gens qui n’ont pas de filtre!

TVLINE | Ils sont de l’or de la télé-réalité!
Oh oui! Certaines des choses qui sortent de sa bouche sont vraiment en or!

TVLINE | Avant de vous laisser partir, vous étiez en production pour la saison 33 lorsque COVID-19 a frappé. Y a-t-il une mise à jour sur le moment où cela pourrait reprendre?
Il y a tellement d’inconnues. Notre priorité numéro 1 est la sécurité du casting, donc tant que nous ne pouvons pas garantir la sécurité de tout le monde, nous n’irons pas. C’est pourquoi nous sommes rentrés chez nous en premier lieu. Nous nous soucions de tous, c’est notre préoccupation numéro 1. Je ne m’inquiète pas que le casting fasse l’un de nos défis, je m’inquiète davantage des influences du monde réel, et dans ce cas, il se trouve que c’est COVID. J’espère qu’au début de 2021, nous sommes dans un endroit où nous avons peut-être une bien meilleure idée, car nous avons tous hâte de revenir, tout comme nos fans.

Source