Récapitulatif de l’histoire de la servante: dans lequel nous atteignons enfin le point de rupture de juin

Récapitulatif de l’histoire de la servante: dans lequel nous atteignons enfin le point de rupture de juin

La souffrance humaine, ton nom est Le conte de la servante Saison 4, épisode 3.

Avec June capturée et le reste des servantes voyous en fuite, vous pouvez deviner le niveau de torture physique et émotionnelle qui a lieu dans cet épisode du drame dystopique de Hulu. Je vous préviens dès le départ: c’était difficile à regarder et à écrire, et je ne vais donc pas me plonger dans tous les subtilités des horreurs infligées à notre fille. Et cela se termine par la mort de deux camarades de June, alors préparez-vous.

Sur une note un peu plus brillante: «The Crossing» est également le premier film d’Elisabeth Moss, et elle fait un travail incroyable. Lisez la suite pour les faits saillants de l’heure.

«  PENSEZ À MOI COMME SON ANGE GARDIEN  » | June est enchaînée et emmenée dans un établissement, où Nick la rencontre et lui dit qu’Esther est en détention mais Alma, Brianna et les autres servantes sont toujours en fuite. Les gardiens supposent qu’ils sont passés au refuge suivant. «Si vous ne leur dites pas où ils se trouvent, je ne peux pas vous aider. S’il vous plaît laissez-moi vous aider », dit-il doucement. Puis tante Lydia se présente pour agir comme «l’avocate» de June, annonce-t-elle. «Pensez à moi comme à son ange gardien.» (Il h.)

Ils marchent dans un couloir où la torture a lieu dans presque toutes les pièces. Et quand June atteint la sienne, les abus commencent. Lydia la gifle. «Avez-vous pensé à ce que je ressentirais? Vous avez causé tellement de douleur. J’espère que vous êtes content de vous », dit la femme plus âgée avant qu’un homme appelé uniquement« lieutenant »entre pour poser des questions sur le sort des servantes. Quand June répond: «Dieu a abandonné cet endroit», il la frappe rapidement dans le sternum. Ensuite, lui et d’autres hommes la font monter à l’eau pendant que tante Lydia attend à l’extérieur, faisant des progrès sur ses travaux d’aiguille alors que June s’étouffe et crachote.

Quand c’est fait, Lydia s’assure de dire à June que si elle et les autres servantes venaient de suivre les règles, tout irait bien. June est comme OH HELL NO et souligne que les servantes sont violées, battues et humiliées encore et encore parce que «vous les avez ratées». Une Lydia en colère la fait tomber de sa chaise, mais June n’a pas fini: elle fait remarquer que la bien-aimée Janine de Lydia «s’est retournée contre toi en une seconde».

Plus tard, June évite de se faire arracher les ongles en mentant et en disant que les servantes se cachent dans une bibliothèque de Burlington, dans le Vermont. Cela lui fait gagner un peu de temps mais la fait finalement prendre un ascenseur jusqu’au toit. Il fait nuit et il pleut, et il y a deux autres femmes, menottées et debout sur le rebord de l’immeuble. Un hélicoptère tourne. C’est infernal tout autour. Le lieutenant dit que si June abandonne le refuge, elle peut sauver la vie des femmes sur le toit. « Juin, ne leur dis rien! » l’une des femmes crie, et le lieutenant la pousse négligemment hors du bâtiment jusqu’à sa mort. June est horrifiée. Puis June tient la main de l’autre femme, et elles pleurent toutes les deux. La femme restante dit «June», puis le lieutenant pousse sa off, aussi bien.

De retour à l’intérieur, June est mise dans une petite boîte percée de trous, et – oy – nous ne sommes même pas à la moitié de l’heure.

LE CIEL N’EST PAS CETTE PLACER SUR TERRE | June chante «Le paradis est un endroit sur terre» pour elle-même – un joli rappel à son séjour à l’hôpital dans la saison 3, là-bas, et aussi une indication de la façon dont sa psyché a été battue à ce stade. Puis elle est sortie, cagoulée et emmenée dans une autre pièce… où le commandant Lawrence est assis à une extrémité d’une table aménagée avec un repas copieux. La musique classique joue en arrière-plan. Il y a des bougies. C’est incroyablement surréaliste.

«Salut», dit-il. «Tu as l’air mieux.»

Il promet que personne ne lui fera de mal, puis explique ce qui se passe. À la suite de son complot de Jezebels, neuf commandants sont à l’hôpital et six sont morts. Il dit que si elle ne coopère pas, ils blesseront sa fille aînée, Hannah. Cela la fait réfléchir, mais elle rejette rapidement l’idée. «Galaad, ils n’auraient jamais fait de mal à un enfant», dit-elle. «C’est tout ce dont ils se soucient.» Il secoue la tête. «Gilead ne se soucie pas des enfants. Gilead se soucie du pouvoir. Fidélité, valeurs ancestrales, pain fait maison – ce n’est que le moyen d’arriver à la fin. Elle pleure en lui disant d’aller faire la cérémonie avec lui-même, mais il a l’air triste. «J’espérais que nous pourrions éviter cela», dit-il, pleurant presque quand June est enlevée. (Note latérale: Ce que June ne sait pas mais que nous faisons: plus tôt, Nick a convaincu Lawrence de l’aider à la sauver en disant que cela pourrait l’aider à rester chez lui et pourrait être encore plus bénéfique.)

the-handmaids-tale-recap-season-4-episode-3Alors June est placée dans une pièce où Hannah est assise dans une vitrine, jouant avec une poupée. Quand la fille voit sa mère, elle ne la reconnaît pas et a très peur, ce qui tue June. «C’est bon, bébé», dit-elle en pleurant alors qu’elle s’approche lentement d’elle. (Note latérale: cette scène est AGONISANTE.) Le lieutenant entre, et c’est fini: June lui dit l’emplacement réel des servantes. Il l’emmène, lui promettant qu’Hannah est en sécurité.

Au refuge, les servantes dorment quand des lampes de poche à l’extérieur les réveillent. Ils se blottissent sur leurs genoux à l’approche des pas, mais Alma se lève et les autres la suivent. Ils se tiennent tous la main alors que les hommes franchissent la porte.

Ça ne peut pas s’aggraver, n’est-ce pas? (ÇA PEUT) | Une déchiqueteuse, tante Lydia, fait savoir à June que ses amis ont été «récupérés, sains et saufs». June supplie Lydia de la tuer. Mais elle dit qu’ils ne feront rien de tel: un utérus sain est un utérus sain, après tout. Ils vont tous les envoyer dans une colonie de la Madeleine, où les commandants et les épouses leur rendront visite une fois par mois pour la cérémonie. «Une colonie reproductrice», traduit catégoriquement June. Lydia lui rappelle que tout ce qui s’est passé était «de ta faute, de ton choix» puis l’embrasse sur la tête. «C’est le début d’une nouvelle aventure», dit-elle.

Avant cela, cependant, Nick lui a amené June au milieu de nulle part. Il lui dit qu’Hannah est de retour à la maison et en sécurité, puis s’excuse pour ce qui s’est passé. «J’ai dû faire ce que je devais faire pour te garder…» commence-t-il, mais elle est plus déchirée par le fait qu’Hannah avait peur de sa, «Elle n’avait pas peur d’eux», c’est-à-dire tout le monde à Galaad. Elle pleure et il l’attire contre lui. « Elle t’aime. Je t’aime », dit-il en essuyant ses larmes et en posant son front sur le sien. Quand son tour arrive, elle commence à partir, puis s’arrête, revient en courant et embrasse Nick. Il l’embrasse en retour et elle lui dit qu’elle l’aime.

Ensuite, nous voyons, toutes les servantes rebelles sont vêtues de rouge et dans une camionnette avec tante Lydia. À un passage à niveau au milieu de nulle part, le panneau descend et le gardien qui conduit la voiture dit que ça va prendre du temps, et il doit s’éloigner pour faire pipi. Soudain, il y a des LOOKS qui volent partout dans la camionnette parmi les femmes; beaucoup d’entre eux ont à voir avec l’élevage du bétail couché avec désinvolture sur les genoux de tante Lydia. Et sans un mot, les femmes s’envolent dans l’action. June attrape l’aiguillon et le maintient sur le cou de Lydia, puis le brandit comme une chauve-souris, battant la femme plus âgée avec. (Pourquoi ne pas la choquer avec ça, je me le demande?) Alors les servantes COURENT.

C’est difficile, car leurs mains sont liées par des attaches en cuir. Et l’agitation ramène le gardien, qui commence à tirer sur la foule qui s’échappe. Il frappe deux des femmes et elles tombent. June et Janine traversent les voies avant le passage du train. Mais Alma et Brianna ne sont pas aussi chanceuses – elles sont dégringolées par le moteur du train alors qu’il passe à toute vitesse.

Dans un flash-back sur le moment où les femmes dormaient dans le gymnase juste après avoir été poussées à devenir des servantes, nous les voyons toutes se dire des mots dans le noir. Des voix off de juin sur leur apprentissage de la lecture labiale. Moira est là aussi. Et, comme dans le livre de Margaret Atwood, June passe par un mini-appel nominal. «Sarah. Ellie. Brianna. Alma. Janine. Moira. Juin. »

Maintenant c’est ton tour. Qu’as-tu pensé de l’épisode? Sonnez dans les commentaires!

Source