Revue Roush : « Culpabilité » est un chef-d’œuvre d’un plaisir coupable

Revue Roush : « Culpabilité » est un chef-d’œuvre d’un plaisir coupable

Fidèle à son titre, La culpabilité est le Chef-d’oeuvre l’équivalent d’un plaisir coupable, un thriller sombre et amusant en quatre parties (diffusé sur deux dimanches) de BBC Scotland mettant en vedette des personnages si tordus que vous vous demandez comment ils se tiennent debout.

L’exception étant Jake (Jamie Sives), un mensch décontracté d’un propriétaire de magasin de disques qui conduit en état d’ébriété la voiture de son frère avocat tendu Max à la maison après un mariage lorsque, quelques minutes seulement après le premier épisode, il frappe et tue un vieil homme. Max (Mark Bonnar), que Jake avait précédemment accusé de n’avoir aucune âme, n’entendra pas avoir alerté la police, craignant des répercussions professionnelles et personnelles.

Au lieu de cela, il initie une dissimulation maladroite digne de Laurel et Hardy. Il s’avère que la victime était en train de mourir d’un cancer, de toute façon, donc Max sans cœur se dit : “Nous avons juste fait vite.”

Alors que cette comédie noire d’erreurs et d’animosité entre frères et sœurs s’intensifie, un Jake plein de remords tombe timidement amoureux de la nièce américaine de la victime, Angie (Ruth Bradley), à la veillée, poussant sa mission de « entrer dans le personnage » à l’extrême. Pendant ce temps, l’adroit et vicieux Max se tortille d’impatience, qui éclate en apoplexie lorsqu’Angie se méfie de la disparition de son oncle éloigné et refuse de laisser mentir des parents de six pieds sous terre.

Le chantage, l’adultère et un dangereux stratagème de blanchiment d’argent sont également pris en compte dans le complot sinueux, qui ne tient pas toujours une fois que vous réalisez que presque tout le monde dans La culpabilité est coupable de quelque chose. Heureusement, la série est si rythmée qu’il y a peu de temps pour réfléchir aux improbabilités.

Le menaçant Bonnar et Sives sympathiquement débraillé créent un contraste fascinant en tant que frères incompatibles, mais le véritable voleur de scène de la série est Emun Elliott dans le rôle de Kenny, un détective privé alcoolique triste que Max embauche dans l’espoir qu’il bousille l’affaire. Au lieu de cela, Kenny considère la mission comme un geste d’amitié et comme une voie de rédemption.

Alors que Kenny se rapproche de plus en plus de la vérité, il aide à transformer La culpabilité dans le meilleur genre de fable d’immoralité. Et bien que cela ressemble à une série limitée avec une conclusion satisfaisante mais aigre, heureusement, il y aura une deuxième saison. Vont-ils l’appeler coupable?

La culpabilité, Première de la série, dimanche 5 et 12 septembre, 9/8c, PBS (consultez les listes locales sur pbs.org)

Source : https://www.tvinsider.com/1009982/guilt-masterpiece-pbs-review-matt-roush/

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.