Tahar Rahim, star de «  The Serpent  », parle du rôle du tueur Charles Sobhraj dans le drame Netflix

Tahar Rahim, star de «  The Serpent  », parle du rôle du tueur Charles Sobhraj dans le drame Netflix

Le mal a un visage, et dans Netflix Le serpent c’est beau et bronzé avec une mâchoire ciselée. Il n’est donc pas étonnant qu’au moins 10 victimes aient été la proie du charmant tueur Charles Sobhraj, joué sur cette série limitée par La tour imminente star Tahar Rahim.

Dans les années 1970, Sobhraj et son amante Marie-Andrée Leclerc (Jenna Coleman) se sont liés d’amitié, drogués, volés et assassinés de jeunes voyageurs traversant l’Asie, y compris la Thaïlande, où le couple vivait et se faisait passer pour des marchands de pierres précieuses.

Alors que les forces de l’ordre locales n’ont pas vraiment enquêté sur les personnes disparues – dont certaines étaient des hippies très ridiculisés – un diplomate néerlandais (Billy Howle) en poste à Bangkok s’est montré déterminé à résoudre le meurtre de deux touristes hollandais. Mais Sobhraj et Leclerc ont réussi à garder une longueur d’avance. «Il était intelligent», dit Rahim à propos de Sobhraj, qui a gagné le surnom de «serpent» parce qu’il était glissant. «Il jouait à un jeu.» En effet, un jeu tendu du chat et de la souris se déroule au cours de ces huit épisodes.

(Mammoth Screen Ltd – Photographe: Roland Neveu / Netflix)

Rahim est devenu fasciné par Sobhraj quand il était adolescent et a lu un livre sur le sociopathe. « Wow, c’est un film! » il se souvient avoir pensé. Avance rapide de deux décennies, lorsque l’agent de Rahim l’a contacté au sujet de la représentation de Sobhraj. «Je me suis dit:« C’est le destin »», dit-il. Mais jouer le rôle «lourd» a eu des conséquences néfastes: Rahim se dirigeait souvent vers le gymnase pour se débarrasser du tueur de son esprit. «Je ne sais pas combien d’heures j’ai travaillé», dit-il, «mais c’était beaucoup.»

Sobhraj promet également de hanter les téléspectateurs, comme seuls les méchants de la télévision les plus effrayants le peuvent.

Le serpent, Première de la série, vendredi 2 avril, Netflix

Source