FILMS: Nightmare Alley – Critique

FILMS: Nightmare Alley – Critique

Amérique. Avant la guerre. Un homme s’éloigne d’une maison en feu dans un champ vide après avoir allumé le feu lui-même et trouve un emploi dans un carnaval. C’est notre introduction sombre mais bien conçue au monde de Guillermo Del Toro Allée des cauchemars, un chef-d’œuvre méticuleusement conçu qui ne se sent pas une seconde de sa durée de 150 minutes – un film qui est tellement déformé par ses bandes-annonces que, peu importe ce que vous avez vu ou entendu, vous allez y aller à l’aveugle. C’est une histoire de la misère à la richesse. Un film con. Une montée et une chute. Une horreur gothique, un hommage à ceux qui ne rentrent pas dans les normes de la société. Allée des cauchemars est tout cela – et plus encore, avec Del Toro mettant tout son cœur et son âme dans la production pour tisser l’un de ses films les plus accomplis à ce jour – à la suite de l’acteur oscarisé La forme de l’eau en 2017, c’est tout à fait digne de cette couronne.

Notre porte d’entrée dans ce monde vient de Stanton Carlisle, qui parle doucement, qui a des ambitions plus grandes que le carnaval avec lequel il se retrouve, joué par Bradley Cooper. Clem Hoately de Willem Dafoe le prend sous son aile alors qu’il apprend le métier, mais Stanton, avec un talent pour la manipulation et les gens sous pression, dépasse rapidement les limites sûres du carnaval lui-même. Il finit par complote, aspire – et rêve plus grand que sa portée, et entre en contact avec une femme psychiatre, le Dr Lilith Ritter de Cate Blanchett – qui est peut-être plus que ce à quoi Stanton s’attend. C’est une dynamique fascinante – la performance de Cooper pourrait bien être la meilleure de sa carrière à ce jour, un personnage au charme trompeur qui obtient toujours ce qu’il veut. Il utilise des mots comme “jamais” et souligne à quel point il est fier de ne pas boire – et construit rapidement une façade que peu voient. C’est un témoignage de la performance de Cooper que vous croyez à chaque seconde de Stanton, il ne se sent jamais plus grand que nature, une figure profondément tragique avec son propre passé sombre qui rend une grande partie du film regardable.

Del Toro a l’habitude de raconter des histoires où les hommes sont les vrais monstres : c’est la carte de visite du réalisateur. La forme de l’eau l’a amené à l’écran dans une romance finalement vouée à l’échec, et les rêves voués à l’échec sont au centre de Allée des cauchemars. DOP Dan Lausten – un habitué de Del Toro avec de l’expérience sur La forme de l’eau et Pic cramoisi, prête sa main à un film où rien n’est jamais statique, le film est toujours en mouvement et des images vives saignent à travers l’écran. Des plans simples qui se concentrent sur des personnages marchant dans une attraction de carnaval sont créés avec une attention impeccable aux détails – la conceptrice de production Tamara Deverell donne un coup de main, et neuf décorateurs s’assurent que ce film déborde d’énergie. Chaque scène se sent vécue – chaque endroit, de la lie des toilettes de la gare métropolitaine au carnaval lui-même et aux bureaux du centre-ville dans lesquels le Dr Ritter accueille Stanton. Le brillant-style labyrinthe qui hante le décor final, aucune dépense n’est épargnée pour créer un tel monde. Tout semble hanté, avec l’histoire de ce qui s’est passé dans les lieux présentés dans le film qui se prolonge jusqu’au présent.

Ceux qui s’attendent à un film d’horreur seront probablement déçus car le film emprunte au roman pulp de 1946 du même titre de William Lindsay Gresham, ce qui signifie que Allée des cauchemars n’est vraiment pas cela – c’est une prise séduisante et effrayante qui vous attirera sous un faux prétexte, comme son personnage principal – vous faisant croire que c’est quelque chose que ce n’est pas. C’est une histoire de crime, un film d’ego et d’ambition. C’est un conte où les hommes sont les monstres – et les monstres sont les hommes. Le film suit une structure claire en deux actes – séparés par un décalage horaire de deux ans, et le résultat est une riche recréation de la palette du film noir. Ne vous laissez pas rebuter par sa longue durée de fonctionnement – il y a suffisamment de matériel ici pour vous garder accro. Loin d’être fade et dérivé, c’est un monde qui se sent complètement riche et vivant – mettant en lumière les escrocs et les escrocs du monde à la vue de tous.

var code auteur=”MJ” ;

Source : https://www.spoilertv.com/2022/01/movies-nightmare-alley-review.html

Sylvain Métral

Sylvain Métral

J'adore les séries télévisées et les films. Fan de séries des années 80 au départ et toujours accroc aux séries modernes, ce site est un rêve devenu réalité pour partager ma passion avec les autres. Je travaille sur ce site pour en faire la meilleure ressource de séries télévisées sur le web. Si vous souhaitez contribuer, veuillez me contacter et nous pourrons discuter de la manière dont vous pouvez aider.